ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR : Nouveau Coup dur pour le DY Patil Medical College

  • Le Medical Council : « The University of Technology, Mauritius does not satisfy the requirements of the Medical Council Act for recognition as a medical institution »
  • Le DY Patil Medical College épinglé pour « several shortcomings in the postgraduate training and compliance with the MOU »
  • Refus de coopération du PIO au sujet des informations sur les séjours effectués à Maurice par des professeurs en médecine de l’étranger

Le DY Patil Medical College, institution spécialisée en études supérieures de médecine, et dont Raj Bappoo est l’un des directeurs, se retrouve de nouveau dans l’œil du cyclone. En effet, le Medical Council, lors de sa réunion d’hier, a avalisé les recommandations d’une enquête par un comité spécial en vue de ne pas reconnaître l’University of Technology, Mauritius, comme un Awarding Body pour des diplômes supérieurs en médecine. La conséquence directe de cette décision est que le DY Patil Medical College, installé dans les locaux de l’hôpital Nehru à Rose-Belle, rejoint le camp des institutions d’enseignement supérieur en situation irrégulière, comme l’Eastern Institute of Integrated Learning and Management (Mauritius) Branch Campus de la famille Jeetah. Les parties intéressées, dont la Tertiary Education Commission, l’University of Technology, Mauritius et le DY Patil Medical College, devront être informées formellement de ce développement majeur en cette fin de semaine.
Le rapport soumis par le Special Committee, institué par le Medical Council pour se pencher sur l’inclusion de l’University of Technology, Mauritius dans la liste des « Recognised Medical Institutions » sous la Medical Act, est accablant à plus d’un titre que ce soit pour l’UTM ou encore le DY Patil Medical College. Après une enquête qui a démarré le 21 février dernier, cette instance de l’Ordre des Médecins soutient de manière des plus catégoriques que « the University of Technology, Mauritius does not satisfy the requirements of the Medical Council (Section 2) for recognition as a medical institution ».
Avec cette décision entérinée à l’encontre de l’University of Technology, Mauritius en tant qu’Awarding Body pour des études de médecine au DY Patil Medical College, les diplômes octroyés aux étudiants de cette dernière faculté de médecine ne seront pas reconnus par le Medical Council à Maurice et encore moins à l’étranger. « The committee recommends that the Tertiary Education Commission be informed that since the University of Technology, Mauritius is not recommended as a medical institution, the affiliated medical colleges should be made aware that their students who pass out cannot be given recognition with the Medical Council of Mauritius », soutient le rapport adopté lors de la réunion du conseil d’administration du Medical Council d’hier.
Les membres du Medical Council ont également relevé des manquements et des lacunes majeures dans le fonctionnement et le programme d’études menant à des diplômes post-universitaires. « Several shortcomings in the postgraduate training and compliance with the Memorandum of Understanding by the Padmashree DR D Y Patil Medical College Ltd have been evidenced. The actions taken by the Tertiary Education Commission against the Padmashree DR D Y Patil Medical College Ltd, based on the findings of its own Fact Finding Committee report, came as confirmation to these lacunae », note encore le Medical Council.
L’enquête de l’Ordre des Médecins dénonce la politique de laisser-faire adoptée par l’UTM vis-à-vis du DY Patil Medical College vu que « these institutions are given the freedom to function on their own, the UTM coming into play just for the sake of awarding the degree ». Plus loin, le rapport ajoute que « the University of Technology, Mauritius being the awarding body for the degrees awarded by the Padmashree DR D Y Patil Medical College Ltd should have intervened at an early stage so as to avoid this situation ».
Les membres du comité spécial n’ont pas été en mesure de procéder à une évaluation du travail accompli par les professeurs de médecine venus de l’étranger en raison du refus du Passport and Immigration Office de fournir des informations sollicitées. « The committee could scrutinize the issue of absence of professors of D Y Patil Medical College due to lack of information provided and refusal of the Commissioner of Police (Passport & Immigration Office) to provide their ins and outs. »
Le Medical Council fait état d’une situation malsaine prévalant au D Y Patil Medical College dans la mesure où « professors of the Padmashree DR D Y Patil Medical College Ltd consider themselves higher academically than consultants in charge, whereas the latter are supposed to be overall in charge of all clinical activities falling under their speciality, including the students and staff of Padmashree DR D Y Patil Medical College Ltd».
Les entrées consignées dans les Logbooks des étudiants inscrits aux cours du D Y Patil Medical College au sujet des activités à la faculté de médecine sont remises en question. « When asked as to who was supposed to certify the veracity and accuracy of entries made in the logbook, the responsibility was shifted on the Padmashree DR D Y Patil Medical College Ltd academic staff, whereas most of the clinical activities, interventions and surgeries were under the general responsibility of the consultant in charge ».
Le Medical Council souhaite voir des amendements apportés à la Medical Council Act avec pour conséquence que « the Council be given full ermpowerment as the sole authority to pronounce itself on all matters pertaining to medical education (including recognition of medical institutions) ».
Par ailleurs, suite au Fact Finding Committee de la TEC, présidé par l’ancien chef juge Arriranga Pillay, le DY Patil Medical College a été force à effectuer des remboursements de frais universitaires à tous les étudiants inscrits en août de l’année dernière « who were not informed of the relevant amendment to the Medical Council registration requirements ».
De plus, le D Y Patil Medical College est désormais dans l’obligation d’inclure « in its prospectus for Indian students and its website information to the effect that its medical programme has not yet been approved by the Medical Council of India ».