Habitué au podium depuis 2013, puis cinquième l’an dernier, l’entraînement Patrick Merven conserve sa place dans le Top 5. Il ne sera pas rejoint par son plus proche poursuivant, Alain Perdrau, actuel sixième. En revanche, il a rejoint le quatrième, Shirish Narang, au niveau des gagnants (24 chacun) et espère le dépasser au soir de cette dernière journée de la saison régulière, tout en sachant que les positions resteront inchangées en ce qu’il s’agit des stakes money, où environ Rs 800 000 les séparent.
Ce cinquième rang au classement des entraîneurs, Patrick Merven le doit essentiellement aux performances de ses nouvelles acquisitions. « Ce cru 2017 nous a définitivement tirés vers le haut. À l’image de Beat The Retreat, Ice Run, Varadiso et autre Talbec, nos nouveaux ont tous performed sous la selle d’Imran Chisty, dont l’apport a été considérable », avance l’entraîneur, très satisfait de sa seconde moitié de la saison 2017.
Avec 34 coursiers à l’ouverture des hostilités le 25 mars, cet établissement termine l’exercice 2017 avec 27 chevaux. « La plupart de nos nouvelles unités ont gagné. Toutefois, la perte tragique de Beat The Retreat est irremplaçable ».
La bande à Merven a retrouvé un second souffle avec Imran Chisty, lequel a rejoint le groupe en cours de route. « Lui aussi a été décisif. Lui aussi nous a tirés vers le haut. C’est un excellent horseman. Une véritable force tranquille. Nous avons la chance d’avoir Chisty à nos côtés. Car sachez que Rameshwar Gujadhur, Shirish Narang et même Gilbert Rousset composent pendant un bout de temps sans jockey titulaire », souligne l’entraîneur.
« Chisty sera des nôtres en 2018, c’est certain. Il sera au Champ de Mars pour la préparation finale deux semaines avant l’ouverture de la saison. » Une saison 2018 où Patrick Merven espère être plus compétitif, avec dans le viseur le Top 3. « Il nous faudra composer avec un effectif tournant autour de 35 unités. On peut compter sur quelques bons éléments de 2016. Mais pour rester compétitifs, nous devons acheter une douzaine de nouveaux chevaux. »
Que viser au juste pour 2018 ? « Comme à notre habitude ces dernières années, on n’aura pas de grosses prétentions pour les classiques. Nous fixons un objectif de 25-30 victoires pour la prochaine saison. Ce qui nous paraît raisonnable. »