ENTRAÎNEUR RAMAPATEE GUJADHUR : Enaad, un 20e Maiden pour Gujadhur

Et de 20 pour la casaque bleu électrique et écharpe rouge dans la plus prestigieuse épreuve du calendrier hippique local ! C’est Enaad qui lui a permis d’épingler ce 20e Maiden, le troisième de cette décennie après ceux de Senor Versace (2011) et Vettel (2015). Devant une foule record, ce fils de High Chapparal a survolé les 2400m pour reléguer son plus proche poursuivant, M L Jet, à 2,45L. Si cette victoire constitue la première d’Enaad au Champ de Mars, elle est aussi synonyme de triplé classique pour l’entraînement Gujadhur, qui a désormais le regard tourné vers la Coupe d’Or.
La victoire d’Enaad ne souffre d’aucune contestation car il s’est montré supérieur à ses adversaires. Même le tenant du titre, Parachute Man, qui, à la manière d’Enaad, avait écrasé l’opposition dans l’édition 2016, n’a pu lui tenir la gageure. Le porte-drapeau de la famille Gujadhur a sorti une accélération meurtrière qui a laissé sur place ses rivaux sans que Steven Arnold n'ait eu à sortir le bâton. Une victoire acquise à la manière des forts qui laisse à penser qu’il ne s’arrêtera pas en si bon chemin.
C’est donc une douce revanche que s’offre l’entraînement Gujadhur après la cuisante défaite de Bulsara et consorts dans l’édition 2016. Ramapatee Gujadhur et ses fils savaient que pour tenir tête à Parachute Man, il fallait trouver un compétiteur de l’envergure de l’élève de Ricky Maingard. C’est dans cette optique que s’est faite l’acquisition d’Enaad. « Mukund a insisté pour qu’on l’achète », a laissé entendre Ramapatee Gujadhur à chaud. La victoire d’Enaad est venue donner raison à l’homme de loi qui a le flair pour dénicher de bons coursiers.
Enaad, faut-il le rappeler, est le meilleur stayer qui a débarqué à Maurice cette année. Du reste, Ricky Maingard, dans ses déclarations précédant le Maiden, avait vite mis les choses en perspective en faisant clairement comprendre que ce ne serait pas facile pour son champion face à un coursier de la trempe d’Enaad. À titre indicatif, Parachute Man s’est vu attribuer un Merit Rating de 54 à son arrivée à Maurice malgré ses 4 victoires. Enaad, qui compte le même nombre de victoires, a lui débuté la compétition avec un Merit Rating de 67 !

Élevé par le Sheikh Al Maktoum

Le rating d’Enaad, qui est du même géniteur que Parachute Man, s’explique par le fait qu’il a évolué et triomphé en bien meilleure compagnie que le poulain de Ricky Maingard. Il a du reste remporté la Gold Cup 2016, une prestigieuse épreuve de fond en Afrique du Sud, avant d’être auréolé du titre de meilleur stayer il y à peine quelques jours. Ancien pensionnaire de Mike de Kock, Enaad a été élevé en Australie par nul autre que le Sheikh Mohammed Bin Khalifa Al Maktoum. Avec de telles références, il fallait être vraiment fort pour lui barrer la route dimanche.
Enaad avait déjà démontré lors de ses débuts dans le Barbé de quoi il est fait. On se souvient qu’il avait conclu honorablement pour s’octroyer le deuxième accessit malgré que la course fut réduite à un sprint. Pour un pur stayer, il fallait le faire. Ensuite, il y a eu le Turf Magazine Golden Trophy, une épreuve plus conforme à ses réelles aptitudes. Alors qu’on s’attendait qu’il donne un aperçu de ses qualités, il laissa de nombreux observateurs sur leur faim en se faisant surprendre par Tabreek, à qui il rendait 3kg. Mais pas son jockey. « We were pretty confident that he could turn the tables on the winner and the horses who finished close to him. I have always thought that he was the best stayer in the race », déclare Steven Arnold.
Dimanche, Enaad lui donna raison en retournant la situation en sa faveur. Il a ouvert de la plus belle manière son compteur au Champ de Mars. Si le 175e Anniversaire du MTC et la Coupe des Présidents, les deux épreuves de fond qui restent au calendrier, devraient logiquement figurer à son programme, il n’est pas exclu qu’il soit au départ de la Coupe d’Or dans le but d’offrir le Grand Chelem à son entraîneur.


Le Grand Chelem en point de mire
Avec la Duchesse, le Barbé et le Maiden dans son escarcelle, Ramapatee Gujadhur a désormais les yeux rivés sur la Coupe d’Or, dernière classique de la saison, qui se disputera le mois prochain. Une victoire lui ouvrira les portes du panthéon du turf en devenant l’unique entraîneur des temps modernes à remporter les quatre classiques au cours d’une seule saison.
En effet, un retour dans le temps nous montre que seulement trois entraîneurs ont frôlé cet exploit au cours des vingt dernières années. Philippe Henry en 2005 (Duchesse-Barbé-Coupe d’Or), Gilbert Rousset en 2010 (Duchesse-Maiden-Coupe d’Or) et Ramapatee Gujadhur lui-même en 2004 (Duchesse-Barbé-Coupe d’Or), 2012 (Duchesse-Barbé-Coupe d’Or) et 2015 (Duchesse-Barbé-Maiden).
C’est dire l’immensité de la tâche qu’attend Ramapatee Gujadhur et son équipe, surtout si c’est Enaad qui est désigné pour le représenter dans cette dernière classique. D’aucuns s’accordent à dire que ce n’est jamais facile pour un stayer de faire la transition course de distance-mile. Mais les parcours de Parachute Man l’an dernier et Studded Chalice en 1997, les deux seuls coursiers à avoir réalisé le doublé Maiden-Coupe d’Or, incitent plus que jamais à l’optimisme.