Avec l’aide de diverses parties prenantes, les forces de l’ordre ont tenu, ce matin, un exercice de simulation d’incendie dans un autobus le long de la rue Julius Nyerere, à Rose-Hill. Celui-ci, organisé avec la collaboration de Rose-Hill Transport, a nécessité l’intervention des sapeurs-pompiers, des premiers secours, des soldats de la Special Mobile Force (SMF), du personnel de la Traffic Branch, de l’Emergency Response Service (ERS), mais aussi de membres du public.
Un exercice de simulation d’incendie a été organisé en face de l’École Hôtelière Sir Gaëtan Duval, à la rue Nyerere, Rose-Hill, à partir de 10 heures ce matin. L’opération, supervisée par l’Inspecteur Gowreea, a été préparée conjointement avec Rose-Hill Transport, qui a autorisé l’utilisation d’un de ses autobus, ainsi que quelques membres de son personnel, pour le bon déroulement de cet exercice. L’objectif du Fire in Bus Simulation, devait expliquer l’Assistant Surintendant de Police (ASP) Seenanan, responsable des opérations de la Division Ouest, est de déterminer les points forts et faibles des diverses parties prenantes nécessaires lorsque de telles situations surviennent. L’alerte a été donnée peu après 10 heures, heure à laquelle est apparu un autobus de la flotte Rose-Hill Transport envahi par la fumée et bondé de passagers, tous des acteurs. C’est à cet instant que les premières parties prenantes ont fait leur apparition, à savoir les forces régulières de la police, devant les regards interrogateurs de quelques badauds, non conscients qu’il s’agissait d’un exercice de simulation.
À l’intérieur de l’autobus, on pouvait apercevoir ce qu’on aurait pu qualifier d’une vision d’horreur dans des circonstances réelles. Deux hommes, maquillés et habillés pour l’exercice, se sont fait passer pour des blessés graves incapables de bouger se trouvant à l’avant de l’autobus. Pendant que les forces régulières de police se chargeaient de les évacuer, les autres passagers se ruaient vers la sortie de secours et en sortaient, aidés de la police. Les membres du public ayant participé à l’exercice ont également feint être très remontés à l’égard des policiers qui, dans de telles situations, doivent être en mesure de gérer une foule hostile. Dès que les deux “blessés” ont été extraits du véhicule en flammes, la police a alerté les premiers secours et les sapeurs-pompiers, pendant que le personnel de la Traffic Branch se chargeait de la déviation routière. Après une bonne dizaine de minutes sont apparus les ambulanciers de St John, munis de civières. L’emphase a été mise sur les deux blessés graves et sur une femme enceinte s’étant évanouie durant l’évacuation, auxquels les premiers soins ont été attribués avant qu’ils soient conduits aux urgences.
L’exercice a pris fin après environ 40 minutes, avec l’intervention des sapeurs-pompiers, arrivés sur place peu après les premiers secours pour éteindre l’incendie dans l’autobus. Après que la Police Vehicle Technical Unit (PVTU) a extrait l’autobus incendié de la route, la circulation a finalement été rétablie. L’ASP Seenanan indique que l’opération d’aujourd’hui s’est bien passée mais que quelques améliorations restent à apporter quant au déploiement des diverses parties prenantes et à leur manque de collaboration. D’autres exercices de cette envergure sont à prévoir incessamment.