Le Dr Carl Jones, Scientific Director de la Mauritian Wildlife Foundation (MWF) et Chief Scientist du Durrell Wildlife Conservation Trust, a obtenu l’Indianapolis Prize, la plus grande distinction en matière de conservation d’animaux au monde. Une distinction qui coïncide avec le lancement de l’exposition Celebrating Conservation in Mauritius au Blue Penny Museum, à l’initiative de la MWF, et qui regroupe une trentaine de photos prises par Carl Jones, Gabby Salazar et Jacques de Spéville.
Cette récompense valorise le travail abattu par le scientifique gallois à Maurice depuis une quarantaine d’années. Pendant cette période, Carl Jones, avec la collaboration de la Mauritian Wildlife Foundation et du gouvernement mauricien, a sauvé deux douzaines d’espèces d’oiseaux qui étaient au bord de la disparition, à l’instar de la crécerelle de Maurice, le pigeon des mares, la grosse cateau verte, le Rodrigues Warbler ou encore le cardinal de Rodrigues. Plus éloquent encore : sur les 63 espèces d’animaux qui ont été déclassées (ramenées à une population) sur la liste rouge de l’International Union for the Conservation of Nature (IUCN), Carl Jones est directement impliqué dans six d’entre elles. Un vrai exploit.
L’exposition Conservation in Mauritius, réalisée par un trio de photographes, comprend justement quelques clichés pris par Carl Jones, et d’autres le montrant à l’oeuvre dans son travail de conservation. On peut notamment le voir, alors qu’il était plus jeune, tenant dans ses mains une crécerelle juvénile, qui était l’un des derniers survivants de l’espèce, en 1979. Les autres photos sont de Jacques de Spéville, photographe volontaire à la MWF, et de Gabby Salazar, photographe américaine spécialisée dans le wildlife.
Le public pourra découvrir de très beaux clichés d’animaux souvent difficiles à observer dans leur milieu naturel. On ne pourra que s’émerveiller devant un magnifique spécimen de Day gecko et ses couleurs vives. On pourra également découvrir des mangliers, des hibiscus endémiques, la crécerelle ou encore un scinque de Telfair sur l’île Ronde.
L’exposition sera visible jusqu’au 28 mai, du lundi au samedi, de 10h à 16h30.