Shalinee Valaydon (+90 kg), Wendy Iram (-90 kg) et Alvin Jooroo (+105 kg) ont parachevé la bonne moisson de médailles mauriciennes hier lors de la 4e et dernière journée des Championnats d’Afrique d’haltérophilie au gymnase de Vacoas. La première nommée, qui s’est retrouvée avec les meilleures leveuses du continent, a conquis l’argent à l’arraché, mais le bronze à l’épaulé-jeté et au combiné, dans un concours que l’Égyptienne Dina Elsayed a écrasé de tout son poids devant la Tunisienne Marwa Jlassi.
Cette ultime journée n’était réservée qu’aux poids lourds de la discipline. Si la Mauricienne Wendy Iram pouvait déjà entrevoir, sauf imprévu, trois médailles de bronze tout au moins dans sa catégorie face à deux autres concurrentes, rien n’était gagné d’avance chez les +90 kg pour l’attribution des médailles d’argent dans les deux épreuves et au final. Au départ, on savait bien que Dina Elsayed, 4e l’an dernier aux Jeux Olympiques de Rio, était inaccessible. Cela laissait beaucoup d’espoir à Shalinee Valaydon de se distinguer face à Marwa Jlassi. Mais après avoir conquis sa première breloque en argent à l’arraché en réussissant d’un trait 90, 95, 97 kg, soit 1 kg de plus que son adversaire directe, la Mauricienne a tenté en vain un coup de poker à l’épaulé-jeté.
Après avoir soulevé vaillamment 116 kg contre 115 kg à la Tunisienne, elle a échoué de peu ses deux essais suivants à 126 kg, alors que Marwa Jlassi avait déjà assuré sa 2e tentative à 125 kg. La déception était palpable pour Valaydon, qui savait d’autant plus que c’est aussi la médaille d’argent qui lui filait entre les doigts au combiné. Et c’est avec peine qu’elle encaisse le coup.
« J’ai voulu tenter de battre mon record à 121 kg, car il y avait effectivement un coup à jouer face à la Tunisienne. Je crois qu’avec une meilleure préparation, j’y serai parvenue », lance-t-elle d’une voix enrouée et triste. « En tout cas, c’est sûr que j’aurais fait mieux. Mais je dois être satisfaite, même si l’objectif était de décrocher trois médaillés d’argent sur un plateau aussi relevé avec la présence des meilleures Africaines. Quelque part, je suis déçue à l’épaulé-jeté à cause de mon échec. Je voulais battre mon record, mais je suis contente quand même d’avoir pu épauler sans pouvoir soulever. Je me suis dit : ça passe ou ça casse. »
Se remettant à peine de sa déception, elle préférera parler de ses prochains objectifs qui sont les Championnats du Commonwealth prévus en octobre et puis surtout les Jeux du Commonwealth en avril 2018 à Gold Coast en Australie,pour lesquels elle devra aussi se qualifier.
Quant à l’Égyptienne Elsayed, incontestable triple médaillée d’or, elle a réussi des barres à 110, 117 à l’arraché, échouant à 125 kg, puis 148, 158 kg à l’épaulé-jeté et ratant 162 kg. Sa performance de 158 kg est même une première réalisée à Maurice par une femme. C’est dire le gouffre qui la séparait de ses plus proches concurrentes hier. C’est bien la première fois qu’elle tentait une charge de 162 kg en compétition, après avoir réussi 165 kg à l’entraînement, nous a-t-elle confié, son record se situant à 161 kg. Dina Elsayed est actuellent n°4 mondiale.
Hier toujours, le Mauricien Alvin Jooron a hérité par surprise d’une médaille d’argent à l’arraché, au lieu du bronze comme on pouvait s’y attendre vu qu’ils n’étaient que trois engagés en +105 kg. L’Algérien Walid Bidani, après avoir réussi à l’échauffement 175 kg à l’arraché, a demandé une barre à 180 kg. Sa désillusion a été totale, puisqu’au lieu d’assurer sa médaille d’or avec 175 kg, il a tout perdu en échouant à ses trois essais à 180 kg. Ce qui a offert sur un plateau l’argent à Jooron et au combiné, et le bronze à l’épaulé-jeté.
Notons qu’aucune médaille n’a été remportée samedi par Maurice, qui termine donc la compétition avec trois médailles d’or, treize médailles d’argent et huit de bronze.