Les Championnats nationaux d’haltérophilie, qui se sont tenus hier au Centre national de Vacoas manquaient cruellement de saveur. En effet, plusieurs haltérophiles de renom n’ont pas pris part à l’évènement. L’on retiendra notamment l’absence des médaillés d’or aux derniers JIOI à la Réunion à savoir Roilya Ranaivosoa, Shalinee Valaydon, les cousins Coret (Cédric, Yannick), Yovin Gyadin et Yvan Pierrot. À eux six, ils totalisent 18 médailles d’or aux JIOI. Certains d’entre eux soignaient des blessures alors que d’autres sont en pleine phase de récupération à l’instar de Roilya (la plus Mauricienne des Malgaches), qui a enchaîné les compétitions cette année avec notamment une participation aux Mondiaux de Houston récemment.
Les haltérophiles réunionnais et rodriguais nous ont gratifiés de leurs présences mais force est de constater qu’il manquait de mordant et que ces Championnats étaient bien loin d’être d’un bon niveau. Heureusement d’ailleurs que le jeune Anthony Madanamoothoo était présent pour l’occasion, lui qui a régalé son monde en sortant l’artillerie lourde dans la catégorie des -77 kg avec 3 records nationaux enregistrés en catégorie Youth et Juniors. Ce petit prodige de 16 ans a réalisé une performance de 102 kg à l’arraché, 127 kg à l’épaulé-jeté pour un total olympique de 229 kg. Il s’est même offert le luxe de battre le record de l’entraîneur national, Ravi Bhollah (chez les Youth) qui date de 1998, soit 16 ans de cela. Il a d’ailleurs pulvérisé l’ancienne marque qui était de 87 kg à l’arraché et 102 kg à l’épaulé-jeté.
Ravi Bhollah : « Les records sont faits pour être battus »
L’entraîneur national a tenu à le féliciter. « Il a réalisé une sacrée performance. Les records sont faits pour être battus mais il s’est entraîné dur pour atteindre son objectif. D’ailleurs, il s’entraînait avec moi avant d’être pris en charge par le Directeur Technique National, Urdas Constantin. Je suis très heureux pour lui ». Il s’est aussi adjugé le record de Valentino Félicité qui détenait alors la meilleure marque en juniors (Arraché : 89 kg; Épaulé-jeté : 108 kg). Une énorme satisfaction pour le jeune vainqueur. « Je me sentais en forme et je suis très content de moi. Tout ceci n’aurait pu être possible sans le soutien de mon entourage, mes entraîneurs Gino Souprayen et Urdas Constantin, la Mauritius Amateur Weightlifters’ & Powerlifters’ Association (MAWPA), le ministre de la Jeunesse et des Sports, Yogida Sawmynaden et bien évidemment Michael Glover. Un grand merci également à mes camarades haltérophiles ainsi qu’à mon établissement secondaire, le Collège St-Esprit et à Dieu qui m’a donné du courage », a-t-il mentionné.
La joie était aussi palpable pour ses parents. « Nous sommes fiers de notre fils. Il voulait à tout prix cette victoire et maintenant, il y a les records qui vont avec. Que demandez de mieux ? D’autant qu’il n’a que 16 ans et qu’il possède encore une belle marge de progression », a indiqué le père, Jack Madanamoothoo, ancien Mr Mauritius. Nombreux sont ses camarades à l’avoir félicité après ses récompenses. L’on retiendra aussi la belle prestation de la jeune Ketty Lent, âgé de 15 ans, qui a battu son propre record en catégorie Espoirs et Youth. En effet, lors des JIOI de 2015, elle avait réalisé 3 records dans la catégorie des -58 kg avec 49 kg à l’arraché et 65 kg à l’épaulé-jeté pour un total de 114 kg. Cette fois-ci, elle a fait mieux en réalisant 52 kg à l’arraché et 71 kg à l’épaulé-jeté pour un total olympique de 123 kg. De bon augure pour la suite de sa jeune carrière. Sa soeur aînée, Emmanuella Labonne (médaillé d’or aux JIOI) a été exacte au rendez-vous chez les -69 kg avec 82 kg à l’arraché, 95 kg à l’épaulé-jeté pour un total olympique de 177 kg.