Après la bonne moisson des derniers championnats d’Afrique, l’haltérophilie mauricienne a de nouveau tiré son épingle du jeu lors des derniers championnats du Commonwealth. À Gold Coast en Australie, les représentants mauriciens, surtout ceux évoluant en Youth et juniors, ont pu soutenir la comparaison. La cerise sur le gâteau est constituée par la consécration de la prometteuse Ketty Lent chez les Youth dans la catégorie -58 kg. Avec sept médailles dans l’escarcelle et la possibilité qu’au moins trois leveurs de fonte décrochent leur qualification pour les prochains Jeux du Commonwealth, l’avenir s’annonce sous de bons auspices.
Face à sept postulantes à la consécration, Ketty Lent s’est démarquée avec une performance de 66 kg à l’arraché et 86 kg à l’épaulé-jeté, pour un total olympique de 152 kg. Soit 4 kg de mieux que l’Indienne Trugil Mane. « Selon nos calculs, Ketty avait l’étoffe pour décrocher l’or. Cette consécration n’est donc pas un hasard, d’autant qu’elle avait obtenu la médaille d’argent au cours des deux dernières éditions », confie l’entraîneur national, Ravi Bhollah. Selon lui, le fait que la jeune haltérophile ait pu évoluer dans la catégorie A lui a permis de voir à l’oeuvre ses principaux adversaires. « Certes, Ketty, qui a sans doute évolué avec une certaine pression, n’est pas réellement satisfaite de ses performances. L’essentiel était toutefois d’assurer la médaille d’or. »
Ketty Lent en or certes, mais Dorian Madanamoothoo, Dinesh Pandoo et Alison Sunee se sont également retrouvés sur le podium. « Ces jeunes possèdent un certain niveau. Même s’ils n’ont pas amélioré des records nationaux, il fallait assurer les médailles. Ils continuent donc d’apprendre et pourront forger leur caractère avec un travail de longue haleine », explique l’entraîneur national. Il n’en demeure pas moins que la moisson aurait pu être encore plus intéressante si Roilya Ranaivosoa s’était maintenue dans la catégorie -48 kg ou si Anthony Madanamoothoo s’était montré plus performant à l’épaulé-jeté. « Nous étions conscients que la partie serait difficile chez les seniors du fait que nous concédons un peu de retard. Néanmoins, il nous faudra rebondir en vue des prochaines échéances », souligne Ravi Bhollah.
Une de ces échéances demeure les Jeux du Commonwealth. Une compétition où les chances de qualification des soeurs Lent (Ketty et Emmanuella) et de Roilya Ranaivosoa sont réelles. Dans le camp mauricien, on espère également que Dorian Madanamoothoo, Alison Sunee et Jonathan Coret décrochent leur visa. Ce qui leur permettra d’obtenir d’autres frottements à un niveau fort appréciable.