Essayons de rester calme, de ne pas s’emballer mais surtout de ne pas faire comme certains «masters voices» dont la mission est de tout mélanger tel un milkshake de mauvais goût pour tenter de noyer le poisson! Restons sur un sujet des plus déterminant dans le sillage des scandales à répétitions qui secouent le monde hippisme ces dernières années et qui ont été amplifiées de plusieurs décibels ces dernières semaines avec l’éclatement de l’affaire Buttié-Appavoo. Parlons donc du  rôle de la Gaming Regulatory Authority dont la mission selon la GRA Act No 9 de 2007 est « to Consolidate the laws relating to gaming and betting, to provide a legal framework for the regulation of betting on foreign horse-races, football matches and other events or contingencies and of interactive gambling and to make provision to foster responsible gambling in order to minimise harm caused by gambling and for one single?regulator for better synergy and enforcement and for related matters?»
Aucune enquête de la GRA et de la Police des Jeux
Parlons de ce fait du comportement de la GRA, dont le président Hiren Jankee  – qui revient tout juste,  accompagné de son vice-président, Norbert Froget,  d’un voyage pour l’Asian Racing Conference grâcement financé par l’argent du public d’abord – dans l’affaire des paris illégaux dont Winsy Buttié est aujourd’hui soupçonnée et ensuite dans le «betting coup» réussi sur le cheval de l’écurie Hurlywood, Pierneef et de The Colonel’s Son de l’écurie Perdrau.
Dans le premier, c’est un secret de polichinelle que l’ex-Commissaire Administratif du Mauritius Turf Club (MTC) Jean-Michel Giraud est venu déposer, à la mi-septembre, devant un board présidé par Gilbert Merven,  documents relatifs à des paris illégaux et que Winsy Buttié fut convoquée le 1er octobre devant ce même board présidé par ce même Gilbert Merven pour venir s’expliquer.
Les explications de celui-ci n’avaient pas convaincu le board des Commissaires Administratifs et sur le conseil de Jean-Marc Ulcoq, secondé par Jean-Michel Giraud, le Mauritius Turf Club  a référé le cas à la Police des Jeux et à la Gaming Regulatory Authority dans une lettre signée par le General Manager Benoit Halbwachs, le 10 octobre 2013. Soit dix jours après que le board avait pris connaissance des faits, comme l’a du reste confirmé Benoit Halbwachs dans une déclaration à l’express du 15 mai.
Depuis, ni la Police des Jeux ni  la GRA n’a cru bon de mener une enquête approfondie devant les «soupçons» du MTC et hier matin le président de cette même GRA, Hiren Jankee, a osé venir dire sur Radio Plus ,qu’il ne peut agir s’il n’y a pas de plainte». Si ce n’est pas une plainte qu’avait fait le MTC pour paris illégaux, c’est quoi alors? Huit mois après, aucune enquête de la Police des Jeux ni de la GRA et aucune action du MTC qui pour moins que ça avait ordonné à l’entraîneur Ricky Maingard de se débarrasser d’un de ses propriétaires qui avait eu l’audace de critiquer certains Commissaires des Courses en les qualifiant de «mafioso».
Après les vagues de contestations de fin de saison autour de cette affaire, le MTC de Gilbert Merven avait fini par retrouver ses marques pour considérer l’affaire Buttié comme normal. Cette vérité est venue de la bouche d’Alain Noël qui n’avait rien trouvé d’anormal dans ce dossier et du reste, il est venu le déclarer haut et fort à la radio peu avant les élections du MTC en février dernier. Pour lui, il n’y avait rien d’anormal et le MTC ne pouvait rien faire contre Mme Winsy Buttié. Passons !
Le MTC dans ?la tourmente
Mais le feu couvait cependant sous les cendres et ceux qui étaient dans les secrets des Dieux savaient  que cette affaire allait refaire surface. Et ce qui devait arriver arriva lorsqu’éclate en avril dernier l’affaire du détournement de fonds au préjudice d’Appavou & Associates. Et qui voit-on en première ligne de cette affaire avec en toile de fond Rs 105 million?  Winsy Buttié. Les ramifications sont gigantesques dans cette affaire, comme une pieuvre à 1000 pattes et surtout peu catholiques.  La police, notamment le MCIT, mène l’enquête. Toutefois, quoi que dise son président, le MTC grâce à son inaction et sa méthode de «put the dust under the carpet», est maintenant pris dans la tourmente. Avec lui, certains de ses administrateurs, des commissaires des courses et des membres. Là encore, Gilbert Merven n’a pas jugé bon de se dire qu’était temps de sanctionner un membre pris dans une entreprise mafieuse. Sans doute , c’est un vote qu’il faut bien savoir ménager pour l’avenir.
Venons en maintenant au “bettting coup” de  l’écurie Hurlywood sur le cheval Pierneef lors de la 8e journée. Ce n’est pas la première fois qu’on voit un ‘betting coup’ au Champ de Mars. Il en existe sans doute depuis la création du MTC.  Autrefois, le qualificatif ‘betting coup’  était interdit dans les salles de rédaction puisqu’il était jugé diffamatoire. Aujourd’hui, il semblerait que le monde a changé et ce qualificatif est permis et est même utilisé comme un fleuron par les protagonistes hippiques.
Que s’est-il passé ? Selon nos recoupements d’information, Vicky Veeramootoo, un jeune pas plus haut que trois pommes, qui jongle dit-on, avec des millions de roupies et à qui appartiendrait l’écurie Hurlywood, a effectué deux paris – s’élevant à Rs 800,000 – chez smspariaz de deux portables différents (Emtel et Orange) qui appartiendraient à une compagnie Mega Management. Le montant à récolter en cas de victoire de Pierneef était de l’ordre de Rs 27,5 millions. Joli pactole qui dépassait cependant la limite autorisée selon la loi. Pire, la somme misée à savoir Rs 800 000 est interdit par la loi, notamment le Anti-Money Laundering Act.
smspariaz devait alors prendre le taureau par les cornes pour  (a) alerter la GRA  et (b) faire une déposition en bonne et due forme à la station de police de Quatre Bornes. Vicky Veeramootoo a été prévenu qu’il ne sera pas payé en cas de victoire de Pierneef et sans broncher, il annula ses paris pour aller voir ailleurs, notamment chez les bookmakers comme l’a confirmé  l’entraîneur de l’écurie Hurleywood, Randhir Pertaub. Mais ce n’est que dans l’après-midi de samedi, qu’il plaça ses paris et du coup la cote de Pierneef grimpa en flèche de 49/1 à 6/1. Nous ne savons pas chez qui ces paris ont été placés ou s’ils ont été placés dans les règles du jeu ou à crédit ? Car il n’est un secret pour personne  que les paris à crédit sont monnaie courante chez les bookmakers en dépit de la surveillance de la Police des Jeux.
Questions élémentaires
Posons nous quand même ses questions:
1. Qui et quand ces deux comptes chez smsariaz ont été alimentés à hauteur de Rs 800 000 ?
2. À quelle heure Vicky Veeramootoo a placé ses deux paris ?
3. Comment ces deux paris ont été acceptés alors qu’il y a une limite ?
4. Qui a alerté Vicky Veeramootoo que ces deux paris ne seront pas payés en cas de victoire de Pierneef ?
5. Pourquoi Vicky Veeramootoo n’a pas utilisé ses téléphones personnels ?
6. Quels sont les paris effectués de ces deux téléphones depuis le début de la saison, voire même depuis l’an dernier ?
Sans doute aussi que la GRA s’est posé toutes ces questions avant que son chairmain, Hiren Jankee ne vienne dire à la radio qu’il ne trouve «rien d’anormal dans cette transaction car c’est avec les gains obtenus le veille que cette mise a été effectuée». Mais voilà que dans un communiqué, émis par l’écurie Hurlywood et publié sur le site du MTC, nous apprenons que :
«The bet is a part of the winning amount from the win of our horse Arabian Empire, one week before the race of Pierneef».
Qui, entre l’écurie Hurlywood ou Hiren Jankee, ne dit pas la vérité ? De toute façon, la déclaration de Hiren Jankee nous a un peu surpris. Le président du GRA qui fuit les questions de Week-End comme la peste est soudainement sorti de ses réserves, mais loin des colonnes de Week-End, pour venir dire une énormité: il n’y pas eu de plainte contre Pierneef et que de ce fait, tout est normal puisque le cheval a «gagné avec plus de deux longueurs».
S’il veut prendre des vessies pour des lanternes libres à lui, mais nous tenons à rappeler à Hiren Jankee que depuis dimanche 4 mai quelqu’un a mis en cause la victoire de Pierneef. Par contre, ce qui  a été mis en cause c’est le betting coup derrière cette victoire à hauteur de Rs 800 000 et selon les lois et la responsabilité de la GRA, l’auteur de ces paris a commis une entorse à la loi et il doit être interrogé sur la provenance de ces fonds. D’autant que l’écurie Hurleywood a donné une indication claire que ce sont les gains obtenus sur les paris de l’écurie sur Arabian Empire qui fut victorieux le 26 avril et non le 3 mai comme l’a affirmé Hiren Jankee. Pour pousser le bouchon encore plus loin, il est bon de savoir que le samedi 3 mai l’écurie Hurlywood a terminé sa journée bredouille.
GRA veut banaliser
Hiren Jankee, cherche-t-il à banaliser cette affaire comme il l’a fait dans l’affaire des paris illégaux pris par  Winsy Buttié? Si ce n’est pas le cas a-t-il oui ou non initié une enquête ? Si non, pourquoi ? Si oui, quelles sont les personnes qu’il a entendues ? Mais le communiqué de l’écurie Hurlywood est venu nous prouver que Hiren Jankee n’a absolument rien fait pour établir la vérité dans cette affaire. Au contraire, les mensonges qui entourent désormais cette affaire sont si épais qu’une enquête approfondie est plus que nécessaire.
A valeur du jour tout cela ressemble plus à une tentative de «cover up» comme le dit si souvent le leader de l’opposition, Paul Bérenger qui a dit haut et fort, mais avec raison que «le MTC mérite un grand coup de balai». Avec lui, la GRA et la Police des Jeux  sont amorphes devant les attaques mafieuses que subit cette industrie. L’affaire Zip-It avait bien démontré comment le monde des trafiquants en tout genre ont pris une place de choix au sein du MTC.