Source : internet

Parmi les souvenirs qu’il a laissés : Insense, Emmanuel, Viv en Semblant, L’amour, Cité Seggae. Aussi bien que les paroles de Nanye pa Effase (Cassiya) ou encore la traduction de Ti Mamzel de Baster.

La carrière de Gérard Bacorilal a été bien plus que ça. Surnommé Baco, l’homme qui a contribué à la ‘golden age’ du seggae est lui aussi mort en 1999, quelques mois après ses compagnons Kaya et Berger Agathe.

Il s’est donné la mort par pendaison dans l’infirmerie de la prison de Beau-Bassin au lendemain de son incarcération. La veille de sa condamnation, il terminait son album Ekoute.

Scope lui rend hommage et en parle dans son édition du 20 août.