« Certaines de nos marques locales, et pas des moindres, souffrent aujourd’hui grandement de la perte de part de marchés significative face aux produits importés en provenance de plus grands pays industriels et de multinationales », estime la direction de l’Association of Mauritian Manufacturers (AMM), qui en a fait état lors de sa 21e assemblée générale annuelle tenue récemment à Moka.
Selon Sylvan Oxenham, qui a été reconduit à la présidence de l’association pour l’exercice 2016-2017, l’enquête Vision 2030 effectuée par l’AMM a révélé que plus de 65 % des industriels locaux qui y ont participé ont fait état de leur inquiétude devant la concurrence grandissante des produits importés. Participant à un forum sur la Vision 2030 organisé à l’issue de l’assemblée générale, le président réélu en a profité pour rappeler l’importance d’un dialogue mature et constructif entre les secteurs publics et privés.
Citant les propos de Sylvan Oxenham dans un communiqué de presse, l’AMM rapporte : « Il y a notre envie d’investir, d’innover pour relancer la croissance industrielle que ce soit sur le marché local ou sur le marché régional et africain. D’ici 15 ans, notre souhait est que sur le marché intérieur comme celui de la région, les produits de fabrication mauricienne occupent une place de choix, mais aussi que l’expertise et l’ingénierie industrielles mauriciennes deviennent agiles et transposables. L’économie, la croissance et l’emploi, sans compter l’image de marque du pays, ont tout à y gagner. »
Le président de l’AMM a aussi évoqué les difficultés auxquelles font face les industriels mauriciens. « Nous cherchons les solutions pour éviter de détruire de la valeur, des emplois, des compétences, le savoir-faire et éviter l’uniformisation de la consommation », a-t-il fait ressortir.
Le forum sur la Vision 2030 a eu pour modérateur Bertrand Moingeon, professeur de HEC Paris et collaborateur du secteur manufacturier à Maurice. Outre Sylvan Oxenham, il a réuni deux anciens présidents de l’AMM, Gérard Boullé et Vincent d’Arifat, le nouveau président de la MCCI, Azim Currimjee, et Lawrence Wong, également membre au conseil d’administration de l’AMM. Les débats ont porté sur la relance de la croissance, l’efficacité de la politique d’ouverture, la croissance externe et l’innovation ainsi que l’ambition du label Made in Moris par rapport à la Vision 2030. Selon l’AMM, les intervenants sont parvenus à un constat unanime : le secteur manufacturier a un rôle clé à jouer dans la réalisation de la Vision 2030. Les participants ont estimé qu’il y a un équilibre à instaurer entre le libéralisme et le protectionnisme et qu’il y a une nécessité d’explorer une nouvelle voie, celle d’un libéralisme éclairé ou d’un protectionnisme ouvert. « Le modèle économique mauricien doit se réinventer. Il faut également de l’innovation en matière de gouvernance économique », ajoute l’association.
L’AMM a accueilli quatre nouveaux membres : Aldes Mauritius Ltd, Les Gaz Industriels Ltd, Consultec Ltd et Calcium Products Ltd. Onze secteurs d’activités manufacturières sont repre?sente?s au sein de l’AMM : agroalimentaire, boissons, chimie, e?ditions/imprimerie, mate?riaux me?talliques et non-me?talliques, papier/carton, et services a? l’industrie. L’AMM est également porteuse de projet et a lancé le label Made in Moris ainsi que le Programme national d’efficacité energétique (PNEE).
Le nouveau conseil est composé comme suit : président : Sylvan Oxenham (E. C. Oxenham & Co Ltd), vice-président : Jean-Yves Koenig (Mauvilac Industries Ltd), secrétaire : Jerome Clarenc (Moroil Ltd), trésorier : Rafic M. Sulliman (Margarine Industries Ltd), assistant trésorier : Jean-Mick Li Wan Po (Food Canners Ltd), membres : Yannick Applasamy (Aldes Mauritius Ltd), Lawrence Wong (La Trobe Co Ltd), Antoine Galéa (Labelling Industries Ltd), Christopher Hart de Keating (Les Gaz Industriels Ltd), Nicolas Lamusse (New Maurifoods Ltd) et Ian Tin Fook (T & T International Foods Ltd).