Image d'illustration
  • 19 cas rien qu’à Vallée-des-Prêtres, où la surveillance est activée dans les foyers

Le nombre de cas de la fièvre dengue recensés à Maurice s’élève à 24, dont 19 provenant de Vallée-des-Prêtres. Le ministère de la Santé met les bouchées doubles en vue de prendre les dispositions nécessaires pour éviter que le virus se répande à travers le pays. Entre-temps la panique gagne du terrain à Vallée-des-Prêtres. Les habitants des quartiers avoisinants non affectés restent également sur leur garde.

Des habitants de cette région de la capitale sont de plus en plus inquiets. Yacoob, âgé de 50 ans, dit avoir peur pour sa famille et lui. « Ce matin, nous avons appris que le nombre de cas de dengue recensé à Vallée-des-Prêtres est de 19. Hier, le nombre était de 12. Il y a de quoi être inquiet. Le virus se répand très rapidement et nous ne l’avons pas réalisé », affirme-t-il. Il soutient que les habitants sont « très inquiets », surtout les parents des enfants en bas âge. « Il y a tellement de terrains en friche dans le quartier. La prolifération de moustiques est trop rapide. Des dispositions ont été prises pour nettoyer les terrains », affirme notre interlocuteur.

Roshan Jahan, une habitante de la localité, soutient que ce sont surtout les femmes au foyer qui paniquent le plus. « Il y a beaucoup de femmes au foyer qui s’enferment chez elles depuis qu’elles ont appris que le virus se répand rapidement. Elles ont peur de sortir. Sinon, nous prenons tous les précautions nécessaires pour ne pas contracter le virus. Il y a beaucoup de gens qui vont voir un médecin pour recevoir un vaccin. Les parents ayant des enfants en bas âge sont encore plus vigilants », explique Roshan.

Il nous revient par ailleurs que la fièvre dengue a également gagné les régions hautes de Vallée-des-Prêtres. Même si, à ce jour, la maladie n’a pas atteint les habitants des régions basses, ceux-ci disent aussi inquiets. « Il est vrai que notre quartier n’est pas affecté, mais il vaut mieux prendre des précautions. Nous avons peur surtout pour nos enfants, qui fréquentent les mêmes écoles que ceux issus des quartiers affectés. L’exercice de fumigation se fait dans les endroits affectés seulement. Pourquoi ne pas désinfecter les quartiers à risque. Là où j’habite, il y a plusieurs terrains en friche et des ordures sont jetées partout, d’où la raison de notre inquiétude », souligne Amrose, une habitante de Vallée-des-Prêtres.

Au niveau du ministère de la Santé, les exercices de fumigation se poursuivent à Vallée-des-Prêtres. De plus, des officiers du ministère mèneront une campagne de proximité auprès des habitants de l’endroit pour les sensibiliser, notamment sur toutes les précautions à prendre pour éviter les piqûres de moustiques ou même la prolifération de ces insectes. Selon des sources du ministère, le vaccin contre les infections virales ne sera disponible qu’à partir d’avril, car il est en préparation. En attendant, le public est avisé de prendre toutes les précautions nécessaires.