Après avoir suspendu l’enseignement du kreol morisien dans les écoles publiques, Rodrigues ambitionne d’introduire le kreol rodrige en classe en janvier 2017. Toutefois, à huit mois de cette date, rien n’est prêt pour la mise enoeuvre ce projet qui reconnaîtra officiellement la langue maternelle des Rodriguais. Des différends sur fond politique sont la cause de ce retard.
Le kreol rodrige (KR) fera-t-il son entrée dans les écoles primaires de Rodrigues en janvier 2017? Si c’est cette date qui a été avancée pour l’introduction de la langue maternelle dans les écoles rodriguaises, en revanches le projet rencontrerait un obstacle de nature politique qui ralentirait sa concrétisation. Un message aurait même circulé dans les bureaux de l’Establishment rodriguais dans lequel il serait question du dictionnaire en préparation de Noël Allas. Car ce premier dictionnaire de kreol rodrige, pourtant très attendu en vue de l’introduction de la langue maternelle en classe, ne fait plus l’unanimité au sein du gouvernement régional.  “Le changement de gouvernement à Maurice en décembre 2014 a eu des répercussions sur les préparatifs, dont la formation des enseignants, les échanges entre des spécialistes mauriciens et les Rodriguais, et la conception du dictionnaire, pour introduire le kreol rodrige à l’école”, confie une source proche du dossier, qui préfère garder l’anonymat. Pour des raisons politiques, ce sujet à Rodrigues est très sensible.
Un engouement vite éteint
En janvier 2014, suite à une décision du Conseil Exécutif de l’Assemblée Régionale de Rodrigues, l’enseignement du kreol morisien (KM) avait été suspendu dans toutes les écoles publiques de l’île. Le Conseil Exécutif avait alors justifié sa décision en évoquant une pénurie d’enseignants: “The Executive Council has taken note of the shortage of educators for the teaching of Kreol Morisien in Government primary Schools in Rodrigues and has agreed that the teaching of Kreol Morisien in Government Schools be suspended as from January 2014 pending the development of a proper curriculum for Rodrigues.”
De son côté, la Roman Catholic Education Authority (RCEA) avait pris le parti de poursuivre l’enseignement de la langue maternelle mauricienne dans ses cinq écoles, tout en respectant les spécificités de la langue et de la culture rodriguaises. En prenant la décision de suspendre l’apprentissage du KM dans les écoles publiques, le gouvernement régional de l’île avait obtenu la compréhension et même le soutien des plus fervents défenseurs de la langue maternelle de Maurice et de Rodrigues, car il était alors question de remplacer le KM par le KR. Et dès lors, la machinerie avait été enclenchée pour donner une identité officielle au kreol rodrige. Mais l’engouement du début s’est vite éteint…
Exit les linguistes Carpooran et Virahsawmy, enter le MIE
À huit mois de janvier 2017, Rodrigues aurait recommencé à réfléchir sur les nouvelles stratégies à mettre en place pour faire de sa langue maternelle une matière optionnelle dans le curriculum scolaire. Toutefois, selon nos informations, le gouvernement rodriguais, en froid avec le linguiste Dev Virahsawmy – dont la collaboration et l’expertise avaient été sollicitées – qui, de surcroît, avait soutenu les recherches et approuvé le travail de Noël Allas, ne voudrait plus de la participation du Mauricien. Il en serait de même pour le Dr Arnaud Carpooran, linguiste et président du Kreol Speaking Union, ainsi que de Vinesh Hookoomsing, également linguiste et qui avait présidé l’Akademi Kreol Morisien. Pour mener à bien son projet, Rodrigues comptera essentiellement sur l’appui du Mauritius Institute of Education. L’institut pédagogique, qui souhaite avoir un rôle d’accompagnateur, aidera aussi dans l’élaboration du manuel pour le Std 1. Toutefois, vu le retard qu’a accusé le projet, le MIE sera sans doute contraint de concevoir, dans un premier temps, la première partie du manuel. À l’institut pédagogique, on explique que “si le travail démarre incessamment, Rodrigues sera dans les temps et pourra introduire le KR dans ses écoles.” D’ailleurs, un groupe d’enseignants de KM est déjà en poste dans les établissements catholiques. Et actuellement, 6 jeunes enseignants rodriguais sont en formation au MIE et s’apprêtent à rentrer dans l’île à la fin du mois prochain.
Noël Allas : “J’ai fait un travail scientifique”
Noël Allas a pris de l’avance, son dictionnaire de 15,000 mots adaptés de la graphie kreol morisien fait son chemin. Mais voilà, même s’il est le seul dans l’île à avoir abattu un travail colossal pendant huit ans pour permettre la publication du premier dictionnaire de kreol rodrige, l’ancien enseignant et journaliste ne sera pas “taken on board” par la Commission de la Culture et de la Jeunesse dans le sillage de l’introduction de la langue maternelle à l’école. Pourtant, c’est lui qui avait été approché pour la réalisation du dictionnaire. Que lui reproche-t-on? Pour d’aucuns dans le giron gouvernemental de Rodrigues, Noël Allas ne disposerait pas des compétences et du bagage académique voulus pour être l’auteur d’un dictionnaire. “Si l’on devait s’en tenir à des compétences et des termes, le dictionnaire de KM aurait dû avoir été conçu par un lexicologue!”, dit une source qui a activement participé à l’avènement de la graphie standardisée du KM. “J’ai fait un travail scientifique, se défend Noël Allas, j’ai recueilli des expressions locales anciennes et nouvelles.” Et de poursuivre: “C’est pourtant la commission de la Culture qui avait commandité un dictionnaire de 200 mots pour l’entrée du kreol rodriguais à l’école. Aujourd’hui, je fais cavalier seul. Je butte sur un obstacle: l’incompréhension des gens qui sont à la Commission de la Culture. Ils veulent faire un dictionnaire de quelques mots”, lâche Noël Allas. La Commissaire de la Culture, Rose de Lima Edouard, qui a personnellement pris connaissance de notre requête pour une déclaration, est restée injoignable au moment où elle devait répondre à nos questions…
Par ailleurs, les écoles catholiques de Rodrigues emboîteront le pas aux écoles publiques lorsque le KR y sera introduit. “Nous irons dans le bon sens si le kreol rodrige prend son essor à Rodrigues. Les enfants rodriguais doivent apprendre dans leur langue maternelle. La logique est là”, dit Gilberte Cheung, directrice du Bureau de l’Éducation Catholique.
Annick Tolbize, directrice de la RCEA à Rodrigues, abonde dans le même sens. Actuellement, 2 937 petits Rodriguais de Std I à V apprennent le kreol morisien dans les cinq écoles de la RCEA de l’île. À Maurice, 15 213 enfants de Std I à V de 178 écoles ont opté pour le KM.