Pour Jonathan Ravat, chef d’études sociales à l’Institut Cardinal Jean Margéot (ICJM), ce budget est « une continuité par rapport à un ton donné depuis 2015 », soit la vision 2030. « En gros, j’accueille très favorablement ce Budget. Les sept axes proposés par le ministre en découlent et sont pertinents », confie-t-il.

Les axes les plus intéressants pour lui sont les mesures à l’intention des jeunes. Jonathan Ravat soutient que c’est « un très bon signal », soulignant que le monde change. « Les futurs adultes du XXIe siècle sont très différents. Le ministre nous propose aussi toute une mesure axée sur l’innovation et la numérisation. Ce qui est extrêmement intéressant car cela positionne notre petite République dans le même concert que les autres nations. La question d’intelligence artificielle et la numérisation sont incontournables aujourd’hui. J’accueille aussi la centralisation de collecte et de distribution de fonds vers une seule instance, la NCSR Foundation. Je salue aussi les initiatives pour renforcer l’État providence. Le premier acteur de lutte contre la pauvreté, c’est l’État. »

Jonathant Ravat affrime également accueillir la baisse des prix des carburants et le tarif inchangé de l’eau. De même que l’introduction d’une Special Education Needs Authority.