Aujourd’hui, on met de côté les « likes, les pokes, les comments et les shares » le temps d’une journée. Une journée tout entière sans Facebook ? Est-ce possible en 2018 ? C’est pourtant le but proposé sur Facebook pour se passer de Facebook un seul jour dans l’année.

En effet, en ce 28 février, le monde célèbre la journée mondiale sans Facebook. La génération connectée est appelée à poser les smartphones, tablettes et à prendre le temps d’admirer la vie autour de soi. Selon le site officiel des ‘‘ journées mondiale ’’, il s’agirait de lutter contre l’addiction à la cyber dépendance, protester contre l’intrusion des pubs qui se font passer pour de l’information et rappeler à Facebook qu’il ne sera rien sans ses utilisateurs. Les promoteurs de cette initiative insistent également sur la sécurisation nécessaire du réseau social qui est plutôt du genre perméable à de nombreuses attaques et autres pillages d’informations.

S’il suffit dorénavant de « poster » tout et n’importe quoi pour montrer à notre entourage qu’on est bel et bien actif, cette journée sans Facebook veut par ailleurs lutter contre la cyber dépendance qui touche de plus en plus de jeunes aujourd’hui.

Le coté obscure des réseaux sociaux

Les dangers des réseaux sociaux comme Facebook ou encore Twitter guettent principalement nos jeunes qui se connectent pratiquement tous les jours. Aujourd’hui, les messages et les commentaires se propagent de manière virale à travers le web. De ce fait, les jeunes sont généralement les premières victimes de harcèlement, d’injures, de chantages ou de photos obscènes. Plus grave encore, les adolescents partagent leur vie privée sans se rendre compte que leur intimité est exposée publiquement. Sans oublier les fausses identités et détournements de comptes Facebook qui sont de plus en plus fréquents. Malgré les côtés positifs de Facebook, l’utilisation du réseau social reste risquée pour tout utilisateur qui ne fait pas preuve de prudence.

Quelques inconvénients des réseaux sociaux :

  • Cyber dépendance
  • Élément de distraction pour les jeunes faisant leurs devoirs sur ordinateur tout en étant connectés à Facebook — la moindre notification fera oublier le devoir et plongera la personne dans son monde virtuel
  • Contacts indésirables et harcèlement
  • Risque d’être ridiculisé, insulté ou harcelé par d’autres utilisateurs

Facebook : une source d’information « fiable »

Il faut dire que le fil d’actualité de Facebook est devenue depuis sa création en 2004 par Mark Zuckerberg, une des principales sources d’informations à propos de nos amis, nos ennemis, nos proches, nos copains/copines, nos ex et bien évidemment sur l’actualité générale, locale et internationale. Notre « mur » nous informe ainsi sur tout ce qui se passe dans le pays ou dans d’autres endroits auxquels nous pourrions être abonnés. Mais avec le flot d’actualités permanentes, il est par moment difficile de reconnaître le vrai du faux. Cependant, malgré le fait que les « fake news » sont nombreux sur la toile, Facebook a toujours été un moyen efficace pour propager des « breaking news ». D’ailleurs, le tremblement de terre de hier soir ressenti à Maurice et à La Réunion, fut uniquement annoncer dans un premier temps sur le réseau social Facebook. Il est de ce fait clair qu’avec des millions d’utilisateurs, Facebook peut rapidement toucher le monde entier bien avant les médias par sa rapidité et fiabilité.

FOMO (Fear of missing out)

Aujourd’hui, les jeunes, et même les moins jeunes, sont angoissés par le FOMO (Fear of missing out) ou la peur de manquer quelque chose. Cette addiction qui touche désormais toutes les sociétés du monde n’a pour le moment pas trouvé d’antidote efficace. Malgré le « digital detox », un concept venu des ÉtatsUnis qui consiste à se déconnecter des nouvelles technologies pendant un weekend en campagne, certains d’entre nous ne sont pas totalement prêts à mettre de côté les indépendances au réseau social. Il est vrai qu’il est difficile d’y échapper, les écrans de téléphone, de tablette et d’ordinateur sont partout. La frontière entre vie professionnelle et personnelle s’estompe au point que certains n’arrivent malheureusement plus à débrancher.

Ainsi ne mettez pas votre statut à jour aujourd’hui, oubliez vos notifications le temps d’une journée, ouvrez votre fenêtre et respirer un bon coup, car la vie ne se résume pas qu’à « Facebooker » à longueur de journée.