KICK-BOXING—CHAMPIONNATS DU MONDE: Fabrice Bauluck sera difficile à battre en Hongrie

C'est l'avis de l'entraîneur national Judex Jeannot après la récente tournée effectuée en Afrique du Sud

Le double champion du monde junior (2004 et 2006) et champion chez les seniors en 2013 au Brésil, Fabrice Bauluck, veut reconquérir son titre des moins de 54 kg en novembre (4 au 12) à Budapest en Hongrie. Idem pour James Agathe, champion 2013 dans la catégorie des moins de 81 kg. À Cape Town, il y a deux semaines, Fabrice Bauluck a été transcendant, selon l'entraîneur national, Judex Jeannot. C'est « un tireur retrouvé » qui s'est illustré sur le ring. Ce qui fait dire à Judex Jeannot:« il faudra être très fort pour battre Fabrice Bauluck lors de ces Mondiaux de Budapest ».
James Agathe n'avait pas fait le déplacement en Afrique du Sud pour le traditionnel échange entre la Fédération mauricienne de Kick-Boxing et des Disciplines Assimilées (FMKBDA) et la South African Kick-Boxing Association (SAKA), contrairement Fabrice Bauluck. Ce dernier n'a pas déçu son entourage. « Cela fait six voire sept mois que je ne cesse de faire part à Fabrice ma déception par rapport à sa boxe. Nous avons donc décidé, d'un commun accord, de changer son style et sa façon de boxer. C'était osé et c'est toujours osé de le faire surtout en marge des mondiaux. Il n'empêche que nous sommes satisfaits du résultat », a déclaré Judex Jeannot.
Consignes bien assimilées
C'est un Fabrice Bauluck retrouvé et surtout débordant d'envie et de détermination qui est monté sur le ring à Cape Town. « Fabrice a très bien assimilé les nouvelles consignes. Il a d'ailleurs été très entreprenant lors de son combat et s'est montré très intelligent dans sa boxe. Il est sur la bonne voie », a fait remarquer Judex Jeannot. Et d'ici le départ pour Budapest, il estime que Fabrice Bauluck sera au summum de sa forme. « Fabrice avait démarré sa préparation lentement, mais sur ce que j'ai vu à Cape Town, il a démontré qu'il a retrouvé ses bonnes sensations. C'était aussi voulu qu'il boxe face à un boxeur en catégorie supérieure et selon moi, l'adversaire faisait un peu plus de 57 kg. Il a réalisé un joli combat comme on le souhaitait », a-t-il indiqué.
C'est en prenant en compte tous les aspects de ce combat que Judex Jeannot a indiqué : « Il faudra être très fort pour s'imposer face à Fabrice lors de ces Mondiaux. Je le vois même beaucoup plus efficace que par le passé. » À cela, Judex Jeannot a ajouté que les séances vidéo des combats passés ont beaucoup aidé, non seulement dans le cas de Fabrice Bauluck, mais aussi pour les autres tireurs. « Nous le faisons une fois par mois. Dimanche dernier, nous étions tous réunis au gymnase pendant un peu plus de deux heures pour visionner nos combats en Afrique du Sud, et je peux dire que cela a été très instructif pour tout le monde », a-t-il déclaré.
L'entraîneur national est d'avis que James Agathe devrait également réaliser une bonne performance à ces Championnats du monde en raison de son expérience et sa détermination. « En revanche, je lui avais bien précisé que je n'étais pas favorable à cette participation aux récents World Games en Pologne et aussi qu'il était en forme trop tôt quand on sait que l'objectif est les mondiaux. Il n'empêche que James est quelqu'un qui a beaucoup de caractère. Il est donc capable de bien faire en Hongrie », a-t-il fait ressortir.
Brissonnette et Jameer présents
Il convient de souligner que deux tireurs étaient dans la balance en vue d'une participation à ces Championnats du monde, nommément Boris Brissonnette (-71 kg) et Brian Jameer (-67 kg). Ils devraient sortir le grand jeu lors de la tournée en Afrique du Sud. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'ils ont fait le boulot. « J'ai très bien aimé la réaction de Boris et de Brian. Ils savaient que ce déplacement était déterminant pour eux et ils ont très bien boxé », a-t-il dit.
Parlant de Brian Jameer, 22 ans, Judex Jeannot a précisé qu'il devra poursuivre son apprentissage avec le même sérieux et la même rigueur. « Il est primordial qu'il continue à côtoyer les meilleures pour progresser davantage. S'il est toujours sérieux et appliqué, il n'y a aucun doute qu'il sera encore plus fort à l'avenir. Il a boxé dans une catégorie supérieure en Afrique du Sud et sera prêt à 67 kg pour les mondiaux où il sera beaucoup plus performant. » Quant à Boris Brissonnette, l'entraîneur national est d'avis qu'il a l'expérience, mais qu'à 28 ans, il y a encore du boulot à faire tant au niveau technique que tactique. « Boris avait pris une année sabbatique en 2016 pour des raisons personnelles. Il a repris en début d'année et a fait preuve de sérieux, de discipline et de bonne volonté. »
Pour conclure, Judex Jeannot a ajouté être content de la progression de Jessica Jocelyn, le seul élément féminin de cette délégation aux Championnats du monde. Elle sera en action chez les moins de 52 kg où, selon lui, elle devrait être encore plus performante. « Jessica a livré un splendide combat en Afrique du Sud. C'est une fille qui ne cesse pas de progresser. Elle aura sa chance aux mondiaux, mais tout dépendra contre qui elle sera tirée au premier tour. Je suis aussi d'avis qu'avec un brin de chance, elle sera capable de réaliser un bon tournoi », a-t-il déclaré.


Compétition en Afrique du Sud: Robertson toujours aussi percutant
Le junior Warren Robertson (-54 kg) et la cadette Tania Rathbone (-52 kg) étaient aussi du voyage en Afrique du Sud aux côtés des Fabrice Bauluck et autres Jessica Jocelyn. Et selon Judex Jeannot, ils en ont pleinement profité. « C'était un "right mix", puisque les anciens étaient là aux côtés des plus jeunes pour les guider », a-t-il déclaré. Warren Robertson a été, une fois encore, très impressionnant, voire percutant, en s'imposant par K.-O à la première reprise. Son troisième K.-O enregistré lors de ses trois derniers combats !
Pour Judex Jeannot, il est clair que le fait de côtoyer Fabrice Bauluck quotidiennement a fait de Warren Robertson un tireur redoutable. « Warren ne cesse de progresser et le voir chaque jour avec cette même envie et détermination, me fait dire qu'à part de progresser, il ne peut rien faire de mal », a-t-il souligné. Il a indiqué avoir beaucoup apprécié la réaction de Tania Rathbone, battue lors de la Coupe du monde de mai en Hongrie. « Je lui avais clairement fait savoir que sa performance avait été médiocre et qu'il fallait impérativement qu'elle réagisse. Elle l'a fait de fort belle manière en remportant son combat avec la manière en Afrique du Sud », a-t-il déclaré.
Au vu de la bonne performance de ces deux jeunes, Judex Jeannot est d'avis que la préparation pour les Championnats du monde juniors de l'année prochaine peut se poursuivre dans la sérénité. Judex Jeannot a également parlé de la performance d'Emmanuel Dalon (-67 kg), le seul Mauricien à avoir perdu son combat à Cape Town. « Emmanuel est un boxeur qui m'a fait énormément plaisir. Il s'est blessé à la cheville droite et malgré cela, il a boxé sans complexe face à un adversaire qui était très coriace. Cela fait seulement six mois qu'Emmanuel nous a rejoints en sélection et je peux dire qu'il a accompli de gros progrès. Cela ne fait aucun doute qu'il sera encore plus performant s'il reste sur cette même dynamique », a-t-il indiqué.


INTER-RÉGIONS: Ce samedi après-midi à Terre Rouge
Les inter-régions se dérouleront ce samedi après-midi, très probablement à 15h, au SSS de Terre Rouge. Une compétition destinée aux cadets, juniors et seniors et qui verra la participation des boxeurs de tous les comités régionaux, y compris ceux de Rodrigues. Ils seront d'ailleurs quatre à faire le déplacement, nommément Jean-Naël Ravina (-51 kg), Jonathan Catherine (-54 kg), Frendley Lafortune (-57 kg) et la fille Virginia Baptiste (-52 kg). Chaque région aura droit d'ailleurs à la participation de quatre tireurs, alors que la pesée officielle se fera ce mardi soir, à 18h30, au centre Eddy Norton, à Rose-Hill. Selon l'entraîneur national, les inter-régions demeurent une compétition très prisée par les comités régionaux. « À l'issue de ce tournoi, nous aurons une idée de la force des comités régionaux. J'ai noté des progrès au niveau des clubs ayant pris part à l'édition 2016, notamment celui d'Olivia, de Quatre Sœurs ou encore de Port-Louis, dont est d'ailleurs issu le jeune Emmanuel Dalon. Je salue au passage l'équipe de Port-Louis, dont sa présidente Lucie Richard, elle-même une personne très dynamique qui, avec ses membres, ont su donner encore plus de la valeur au kick dans la capitale », a-t-il fait remarquer.