Quant au souhait d’Ivan Collendavelloo pour qu’il y ait une question parlementaire sur cette Rolls Royce à l’Assemblée nationale, pour établir son prix d’achat, les conditions de son acquisition, et si cette voiture qu’il a évaluée à Rs 70 millions figure dans la déclaration officielle de ses avoirs à l’Independent Commission against Corruption, Navin Ramgoolam, durcissant le ton, lui a lancé le défi de se faire élire pour pouvoir venir lui adresser une question sur sa “grosse cylindrée”.
L’histoire de la Rolls Royce, passionnant l’opinion comme en témoigne le nombre impressionnant de commentaires, pour la plupart négatifs, sur les sites des médias et autres réseaux sociaux, a aussi interpellé l’ancien président de la République qui, lors de son intervention au rassemblement du MSM mercredi, a ajouté son grain de sel en affirmant que, juste pour acquérir la plaque très personnalisée RR 10 RAM, le Premier ministre a dû casquer près de £ 5000, soit quelques Rs 250,000.
Quant à la recherche de plus amples informations sur cette Rolls Royce premierministérielle, un député du MMM, Reza Uteem en l’occurrence, a déjà publiquement pris l’engagement de passer à l’attaque sur le dossier à la rentrée parlementaire du 13 mai en vue d’obtenir tous les renseignements nécessaires sur cette voiture désormais célèbre. Espérons toutefois qu’il ne devra pas, à la dernière minute, retirer sa question comme il avait dû le faire en 2011 alors qu’il ciblait l’ancienne ministre de la Santé, Maya Hanoomanjee, des pourparlers ayant été engagés entre son parti et celui de la dirigeante du MSM pour conclure une alliance.