Fanco Quirin (président) et les membres  de la Commission Sportive du MMM ont passé en revue la saison sportive 2015 lors d’une conférence de presse tenue jeudi dernier, à l’hôtel Saint-Georges. Qualifiant d’abord la saison sportive comme mouvementée,  le député mauve de la circonscription No 20, a mis en exergue le fait que l’année qui s’achève dans quelques jours  a non-seulement été dominée par les 9es Jeux des Îles de l’océan Indien à La Réunion en août dernier et les Jeux d’Afrique au Congo-Brazaville du 9 au 19 septembre dernier mais aussi, par un bon nombre de décisions incohérentes du ministre de la Jeunesse et des Sport, Yogida Sawmynaden, au niveau de la politique de son ministère en matière de financement.
«Le mouvement sportif a constaté, depuis l’arrivée de ce nouveau gouvernement beaucoup d’incohérence et d’incompréhension dans certaines actions et décision du ministre lui-même. Ce dernier fonctionne sans une politique sportive définie», a d’emblée indiqué le responsable du dossier sport au sein du parti mauve. Ainsi, la Commission Sportive du MMM juge incompréhensible le fait que le ministère de la Jeunesse et des Sports ait, premièrement, refusé de financer le déplacement de Sharone Clair (-75 kg) et de Lorenza Berry (+75 kg) aux Championnats du monde de boxe française qui avaient eu lieu le 5 décembre dernier, en France.
Deuxièmement, de laisser l’Association mauricienne de handball (AMH) et son président Daniel Gerard livrés à eux-mêmes pour organiser la Coupe des clubs de l’océan Indien avec les moyens du bord. «C’est inacceptable qu’un athlète doit mendier pour représenter Maurice à des compétitions à l’étranger. Je ne sais pas à quel point le MJS s’est retrouvé limité au niveau de la dotation dédiée aux sportifs pour leur déplacement hors du pays, mais il nous faut trouver une solution face à ce problème de manque d’argent qui représente un obstacle au progrès du sport. Pour nous à la Commission Sportive du MMM, les sportifs ne sont pas des mendiants. Tout gouvernement qui se respect doit pouvoir trouver les moyens, financier ou autre, pour aider les sportifs dans leur quête pour l’excellence»,souligne-t-il.
Autre point dénoncé par Franco Quirin, c’est le renvoi injustifié en 2014 de Gérard Denis, ancien Adviser Coach du ministère en tennis de table, aussitôt la prise de fonction du ministre. Lors des séances parlementaires, selon Franco Quirin, « Yogida Sawmynaden n’a pu fournir une raison valable pour justifier le licenciement du coach qui était responsable de la formation des jeunes pongistes dans la région du sud. De ce fait, je conclus que ce n’est que par pure vengeance politique», lâche-t-il. La commission sportive du MMM a également survolé le cas de Noémi Alphonse, athlète de handisport et médaillé d’or au 1 500 m au Grand Prix d’Italie et qui jusqu’à présent,  n’a toujours pas reçu de cash prize du MJS.  « Et pourtant,  le ministre lui-même est parti l’accueillir à l’aéroport. Tous cela suscite l’indignation », faitressortir Franco Quirin.
Le député du MMM n’a pas mâché  ses mots non plus sur la gestion du ministre  sur certain dossier, notamment celui concernant  les structures de formations dans  les disciplines qu’il qualifie d’amateurs. « L’Alliance Lepep avait promis d’amender le Sports Act permettant aux sportifs d’évoluer en toute sérénité. Mais valeur du jour, on constate que c’est tout le contraire qui a été fait. De plus, il n’y a pas un plan d’action concret en ce qui concerne la canalisation des jeunes talents détectés lors des Jeux des Quartiers, vers des centres de formation. Organiser ces jeux c’est bien, mais où vont ces athlètes après ? Est-ce qu’ils sont suivis dans les centres de formation ?  Hélas, dans la plupart des disciplines, ces structures son quasi inexistantes. »
« Aussi en ce qui concerne les infrastructures sportives, je constate  qu’elles  ne sont pas bien entretenues par l’état à l’image du gymnase de Phoenix qui est devenu une vraie passoire  et les vestiaires du stade George V qui sont dans un sale état. Comment les athlètes peuvent-ils s’entraîner dans des conditions pareils ? », se demande-t-il. Le président de la Commission Sportive avance également que le Mauritius Sports Council (MSC) a failli à sa tâche. « Je m’attendais à ce que le MSC allait introduire des nouvelles idées pour promouvoir d’avantage le sport. Il n’y a pas eu grand chose à part l’augmentation des tarifs d’utilisation des infrastructures appartenant au MSC qui à mon avis, freine la pratique du sport local », constate Franco Quirin. 
Avec l’année qui se termine, les membres de la Commission Sportive du MMM espère que Yogida Sawmynaden reviendra l’année prochaine avec un nouveau état d’esprit et surtout, avec une politique de formation en vue des prochains Jeux des îles de l’océan Indien en 2019 à Maurice. À ce sujet, ils conseillent à Yogida Sawmynaden de ne pas perdre de temps pour mettre sur pieds le comité d’organisation avec des personnes expérimentées et compétentes à sa tête. Revenant sur les 10es JIOI attribués à Maurice, Franco Quirin dit  que c’est une décision du CIJ et qu’il va falloir la respecter. «  Si les Comores n’ont pas été capables de prendre en charge l’organisation de ces jeux prévu dans quatre ans, ils auront l’opportunité de retenter leur chance pour les JIOI de 2023 », conclut-il.