Combien a-t-on dépensé pour les frais du film hollywoodien Serenity, réalisé par Steven Knight, avec comme principales vedettes Matthew McConaughey et Diane Lane ? C’est la question qu’on se pose en cette période des comptes pour l’année financière 2017-2018. Dans les milieux concernés, on parle d’une somme record dans l’industrie du tournage à Maurice depuis l’existence du Film Rebate Scheme du Board of Investment (BoI) depuis 2013, avoisinant les Rs 250 millions.

En effet la bande-annonce du film a été lancée sur YouTube la semaine dernière et prévoit la sortie dans les salles en octobre prochain. Cette production hollywoodienne aurait obtenu le soutien du BoI sous le Film Rebate Scheme et le lancement officiel du tournage à Maurice avait eu lieu en juillet 2017 à l’hôtel du beau-frère du Premier ministre, Sanjiv Ramdanee.

Pravind Jugnauth avait avancé « l’engagement du gouvernement à développer et à promouvoir le secteur du cinéma et des médias en tant que moteur économique potentiellement nouveau dans le but de stimuler la croissance, la création d’emplois et l’investissement ». Après l’approbation du projet dans le cadre du Film Rebate Scheme, le tournage avait débuté en juillet 2017.

Environ 80 membres d’équipe locaux ont participé à cette production, ce qui devrait être une occasion pour créer de nouveaux liens commerciaux avec les institutions financières locales et d’autres fournisseurs de services. Maurice devait être au cœur du script du film tourné exclusivement ici, l’objectif étant aussi d’assurer la visibilité et l’image du pays en tant que destination de tournage compétitive.

Le Film Rebate Scheme a été introduit en 2013. Il prévoit actuellement le remboursement jusqu’à 40% de toutes Qualified Production Expenditures (QPE). À ce jour, de sources officielles, 50 projets cinématographiques achevés auraient injecté environ Rs 750 millions dans l’économie mauricienne.

Quant au film Serenity, ses dépenses s’élèveraient à Rs 630 millions. On ne sait pas pour l’heure comment les 40% ont été payés à ce stade. Ceux qui suivent ce dossier du côté de l’opposition affirment qu’il y aura des questions posées sur ce décaissement du BoI à l’Assemblée nationale.