L’Ambassadeur de France, Emmanuel Cohet, et le directeur général du Mauricien Ltd, Jacques Rivet

Ce mardi 19 juin, l’ambassadeur de France à Maurice, Emmanuel Cohet, accompagné de son Premier Conseiller, Dominique Gauthier, de Marylou Bonotte, responsable de communication et Guilhem Peyronnet, a effectué une visite de courtoisie au siège du journal Le Mauricien.

Après avoir été accueilli par la direction du Mauricien, il a pu avoir un aperçu de la production d’un journal et comprendre les implications techniques avant qu’il ne soit imprimé. Au cours de sa visite, l’ambassadeur a discuté avec le rédacteur en chef du Mauricien, Patrick Michel.

Emmanuel Cohet a aussi rencontré quelques journalistes de Week-End et de Scope, dont le rédacteur en chef, Jacques Achille. Lors de cet échange, il s’est dit heureux de cette visite et a confié être un lecteur assidu de nos journaux.

Des éditions qu’il a qualifiées de bonne facture et qu’il prend plaisir à découvrir quotidiennement et chaque semaine. Il a dit particulièrement apprécier les journaux de l’après-midi en général, dont Le Mauricien qu’il lit dans sa voiture. L’ambassadeur de France a félicité, à cet effet, le journal pour le travail d’information objective et indépendante dont il fait preuve à travers les différents articles.

Il a souhaité une meilleure collaboration notamment pour les couvertures d’événements culturels organisés par l’ambassade de France et l’Institut Français de Maurice. Emmanuel Cohet a également eu accès aux archives du Mauricien et a découvert le département Web de l’entreprise.

Après sa visite des rédactions et autres départements du groupe de presse, le directeur du Mauricien Ltée, Jacques Rivet, a reçu l’ambassadeur à son bureau. Les discussions ont naturellement porté sur la presse mauricienne et l’histoire du Mauricien Ltée. Il a également été question des défis auxquels la presse est aujourd’hui confrontée. L’ambassadeur a souligné le rôle de la France dans la formation des journalistes mauriciens à travers le Media Trust. Par ailleurs, il s’est dit impressionné par la vivacité de la francophonie à travers les médias et a souligné le degré de responsabilité des journaux mauriciens face aux évènements tendus de l’actualité.