Plus d’un mois après leur limogeage par la compagnie d’aviation nationale, le sort des commandants Hofman et Ulyate est toujours en suspens. Le comité ad hoc institué sous la présidence de Me Patrice Doger de Speville a siégé une première fois vendredi dernier. Mais aucun élément ne transpire de cette première rencontre avec les pilotes, leur avocat, Me Gavin Glover, préférant ne pas faire de commentaires, ses clients, dit-il, participent pleinement à la procédure mise en place par Air Mauritius pour décanter cette affaire. Si les deux pilotes — licenciés le 6 octobre à la suite de l’annulation de quatre vols MK, dans la soirée du 5, provoquant des pertes conséquentes pour la compagnie d’aviation nationale — ont eu l’occasion de s’exprimer devant le comité, une deuxième rencontre est prévue mercredi. Et des développements sont attendus. Entre-temps, d’autres vols continuent à être annulés. Pas plus tard que jeudi, cinq vols principalement vers Rodrigues ont été annulés.
Si, dans un communiqué, la direction d’Air Mauritius évoque des contraintes opérationnelles, soutenant que la situation n’est pas liée à l’indisponibilité des pilotes qui ont eu lieu le 5 et le 6 octobre derniers, les employés parlent, eux, de manque de personnel. D’ailleurs, depuis un mois, les pilotes d’Air Mauritius ont décidé de ne plus « rendre service » à Air Mauritius en allant suppléer durant leur jour de congé. Une situation qui risque de perdurer si les négociations avec la direction n’aboutissent pas. La Mauritius Air Line Pilots Association (MALPA) a réuni ses membres en assemblée générale spéciale mercredi dernier, en vue de passer en revue la situation. Au centre des discussions, la réintégration des pilotes Hofman et Ulyate, mais aussi le non-respect des accords en place à Air Mauritius et les négociations en vue d’un nouvel accord qui aurait dû être négocié en 2015.
De cette assemblée, il ressort qu’il ne peut y avoir d’amélioration dans l’état d’esprit et le moral des pilotes et que les membres ne sont pas prêts à négocier quoi que ce soit tant que leurs deux collègues ne seront pas réintégrés. Les pilotes souhaitent  ainsi que le comité qui a été mis en place en vue de la réintégration des commandants Hofman et Ulyate fasse son travail dans le plus bref délai et qu’un dénouement positif soit trouvé au vite que possible.
A aussi été abordée l’éventuelle fusion entre les deux syndicats des pilotes, à savoir l’Airline Employees Association (AEA) et la MALPA formant ainsi un seul syndicat. Jusqu’ici, en dépit des négociations qu’il y a eues entre la direction et syndicat, il n’y a toujours pas de changement ni de résultats concrets. Les pilotes attendent toujours un signal fort de la direction que les choses vont changer. A suivre…