L’Inde a été placée à la tête du classement de la fondation Thomson Reuters des pays les plus dangereux pour les femmes selon le site d’information de CNN.  Cela est dû à ses traditions culturelles et aux statistiques sur le harcèlement sexuel.

Alors qu’il y a sept ans, il occupait la septième place, l’Inde occupe aujourd’hui se retrouve dans les Top 10. Selon le média, cela s’explique par les traditions de ce pays où les attaques à l’acide, les mutilations génitales, les mariages d’enfants et les cas de violence physique ne sont pas rares.

Neuf des dix premiers pays de ce classement sont situés en Asie, en Afrique et au Moyen-Orient. Les États-Unis ferment ce top 10.

Le rapport de Thomson Reuters, rédigé par 550 experts en problème de femmes, a été publié sur fond de nombreux scandales liés aux viols en Inde. Environ 100 cas de harcèlement sexuel y sont rapportés chaque jour, d’après le National Crime Records Bureau (l’agence gouvernementale indienne responsable des statistiques judiciaires).

En avril des milliers de manifestants sont sortis dans les rues pour réclamer plus de protection pour les femmes. Il s’agissait de la plus grande manifestation depuis 2012, lorsqu’une étudiante a été violée et tuée à Delhi.