Poursuivant sa campagne contre le travail précaire, la Confédération des travailleurs du secteur privé a organisé hier devant l’Hôtel du Gouvernement, dans le cadre de la célébration de la Journée internationale de la femme, une manifestation pour dénoncer les conditions « inacceptables » de travail de quelque 500 « Madam Cleaner », employées par les institutions scolaires primaires et secondaires du pays.
« Eski li normal ki Gouvernman donn move lekzanp. Kuma li posib ki gouvernman pran bann contracter pou fer nettoie toilet ek la cour lekol ki nou bann zanfan servi dan lekol primaire et secondaire ? » se demande la secrétaire de la Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), Jane Ragoo pour justifier cette manifestation symbolique des « Madam cleaners » devant l’Hôtel du Gouvernement hier à midi.
La syndicaliste s’indigne que quelque 500 « madam cleaners » ne touchent que Rs 1 500 par mois comme salaire. « Zot pa gagn local leave, sick leave, boni fin d’annee, maternity leave ni compensation salariale. Sak zur absence coupe dan sa Rs 1 500 la », dit-elle.
Jane Ragoo estime que le gouvernement doit cesser avec cette pratique de passer par des « contracter » et par les Parents Teachers Associations (PTA) pour le service de nettoyage des toilettes des institutions scolaires du pays. « Combien letan pou ale kumsa ? Gouvernman bizin aret sa pratik pass par contracter ek Parent Teachers Association (PTA) et bizin employ tou sa bann madam la. Assez discrimination ! Minis Finans bizin pran conscience de la mizer de sa bann madam-la ek li bizin donn kas pou employ zot lor etablisman », lance-t-elle.
Jane Ragoo situe cette manifestation dans le cadre de la campagne de la CTSP contre le travail précaire (voir encadré).
« Ena 100 000 travayer ki gagn moins ki Rs 6 000 par mois. Ladan 85 % se bann madam. Zot travay dan Zonn Frans, dan Seafood Hub, dan Clinic, dan lakaz madam, dan lekol primaire et secondaire Gouvernman, dan bann ONG ki fer travay social, kuma okip zanfan handicape, zanfan ki abandone par zot parent, madam ki pena plas pou aller kan zot gagn bate lakaz, zanfan ki sibir bann arselma ek maltraitance fisik ek sexuel », affirme la syndicaliste.
Jane Ragoo souligne que l’article 54 de l’Employment Rights Act protège les travailleurs contre la maltraitance. « Laloi travay sipoze protez tou travayer kont maltraitance, mais combien travayer kapav ale raport enn sef ? » se demande-t-elle.
« Il y a certes certaines avancées que nous avons faites pour la protection des femmes au travail mais malheureusement, il nous reste beaucoup de chemin à parcourir », explique la syndicaliste.