Le procès intenté au millionnaire sud-africain Peter Wayne Roberts pour le meurtre de sa petite amie Lee Ann Palmarozza, retrouvée morte dans la piscine d’une villa à Anahita Resorts dans la nuit du 28 au 29 décembre 2014, s’est poursuivi ce matin devant les Assises avec l’audition d’un des enquêteurs dans cette affaire. L’inspecteur Ahmad Tajoo du MCIT a indiqué que la police avait procédé à l’arrestation de Peter Wayne Roberts le 2 janvier car il avait essayé de quitter le pays en dépit d’un engagement auprès de la police pour y rester pour l’enquête. L’avocat du Sud-Africain, Me Gavin Glover SC, l’a confronté au fait que la police ne détenait aucune preuve contre son client à ce moment précis et avait agi uniquement sur des suppositions.
À son arrestation à l’aéroport le 2 janvier 2015, Peter Wayne Roberts avait été arrêté et conduit au bureau de la MCIT pour l’enquête. L’inspecteur Tajoo lui avait posé 55 questions en vue de faire lumière sur les circonstances entourant la mort de Lee Ann Palmarozza mais l’accusé devait à 53 reprises répliquer « I claim my right to silence ». Aux deux dernières questions, dans lesquelles le policier devait lui faire comprendre qu’il avait des reasonable grounds pour croire qui était l’auteur de ce crime, Peter Wayne Roberts avait répondu « I strongly deny the charge and any other allegation ». Me Glover a alors confronté le témoin au fait que Peter Wayne Roberts avait donné quatre dépositions en tant que témoin dans cette affaire et que le 2 janvier la police l’avait arrêté en tant que suspect uniquement parce qu’il s’apprêtait à quitter le pays. Me Glover devait faire ressortir que la police ne détenait aucune preuve à ce moment-là et avait agi uniquement sur des suppositions. « Police did not have a shred of evidence when they arrested him. Police did not bother to know what were his intentions. I tell you that he was going to be back in Mauritius on the 12th of January », a lancé le Senior Counsel. L’inspecteur Tajoo devait alors expliquer que le médecin légiste, le Dr Sudesh Kumar Gungadin, qui avait pratiqué l’autopsie de Lee Ann Palmarozza, avait soutenu que c’était un cas de foul play et que la police avait déjà initié une enquête pour recueillir des preuves. « We started questionning him to know the truth », a-il dit. Par ailleurs les photographes de la police ainsi que celui qui avait accompagné le cadavre de Lee Ann Palmarozza jusqu’à l’hôpital Victoria ont aussi déposé.
La Poursuite menée par le Principal State Counsel, Me Mehdi Manrakhan, a par ailleurs fait son opening speech hier. Dans son discours adressé aux membres du jury, Me Manrakhan a soutenu que les preuves dans cette affaire démontrent que Peter Wayne Roberts est sans aucun doute l’assassin de Lee Ann Palmarozza. Bien qu’il n’existe aucun témoin oculaire, a-t-il dit, les circumstancial evidences sont suffisantes pour prouver que Peter Wayne Roberts avait fait une mise en scène pour faire croire que sa petite amie est morte par accident. « He staged a mise en scene to exculpate himself from the killing », a déclaré Me Manrakhan.
Les policiers qui avaient enregistré les dépositions de l’accusé ont aussi déposé. Le 30 décembre 2014, Peter Wayne Roberts avait donné quatre dépositions en tant que témoin dans cette affaire. Il avait expliqué à la police qu’il était arrivé à Maurice le 23 décembre 2014 et sa petite amie l’avait rejoint le 26 décembre. Elle venait souvent passer des vacances avec lui dans sa villa à Anahita Resorts à Beau-Champ. Ce jour-là, ils avaient passé toute la soirée ensemble et selon l’accusé, la victime avait beaucoup bu et était dépressive. Selon sa version des faits, à un moment, ils s’étaient disputés car Lee Ann Palmarozza lui reprochait de ne pas lui donner assez d’attention. À un certain moment, il l’avait laissée et était allé prendre une douche et à son retour la jeune femme était introuvable. C’est là qu’il a commencé à alerter le personnel de l’hôtel. Le corps de Lee Ann Palmarozza avait été retrouvé sans vie dans la piscine principale de l’hôtel.