MOUVEMENT ANTI-DYNASTIE: « Maurice vend Agaléga pour Rs 750 M à l’Inde »

Le Mouvement Anti-Dynastie (MAD), dont le président est Vivek Pursun, ancien assistant directeur général de l’Outer Island Development Corporation (OIDC), a au cours d’une conférence de presse ce matin avancé que « Maurice a déjà vendu Agaléga pour Rs 750 millions à l’Inde ».
Le gouvernement de l’Inde, dit Vivek Pursun, a accordé une ligne de crédit de 750 millions dollars à Maurice pour la réalisation de cinq projets à Agaléga : la rénovation d’une piste d’atterrissage, un quartier général pour les officiers de la National Coast Guard (NCG) à proximité de la nouvelle piste, la construction d’une jetée, un projet de dessalement et un autre pour la fourniture d’électricité dans l’île.
Se basant sur un rapport, Vivek Pursun trouve inutile d’étendre la piste d’atterrissage, déjà longue de 1 300 m, sur 700 mètres supplémentaires. La piste d’atterrissage de Port-Mathurin, souligne-t-il, est de 1 000 mètres seulement. « L’Inde pe anvi ena enn pied à terre et li clair ki anvi créer enn base militaire dans Agaléga. La question ki nou pose nou, c’est si Civil Aviation Departement tousel ki pou ena control lor la nouvelle piste ou c’est la National Coast Guard Indien, qui pou controlé. Maurice pe vane Agaléga pou 750 millions roupies », dit-il.
« At no cost, Indian army, regiment soldiers shall be present in Agaléga and at no point in time Indian military airplane shall be in Agaléga without the approval of the Mauritian both Prime minister and the leader of opposition », insiste le président du MAD.
Selon ses sources, un avion militaire serait basé en permanence à Agaléga pour évacuer d’urgence les malades à Maurice. « À quoi ça va servir avec une population qui n’est pas aussi nombreuse ».
Pour ce qui est la construction d’un quartier général à proximité de la nouvelle piste à Agaléga, « dans quel pays au monde avons-nous vu la construction d’un quartier général auprès d’un aéroport », a poursuivi Vivek Pursun. « Nous souhaité ki bann soldats indiens pas pou déguisé en soldat mauriciens kouma ti faire dans la Lybie ».
Concernant la construction de la jetée, Vivek Pursun se demande si c’est Port of Mauritius qui sera responsable de la gestion pour les entrées et sorties des navires dans la nouvelle rade. « No army vessel shall accost or approach the Agaléga jetty without the prior approval of the cabinet of Mauritius via Port Authority », soutient le président du MAD.
Pour ce qui est du projet de dessalement d’eau, il s’est dit très sceptique. « Ce projet vise-t-il à fournir de l’eau potable aux Agaléens ou c’est seulement pour satisfaire aux besoins des militaires indiens qui seraient postés dans l’île après la réalisation de tous ces projets ? »
Au chapitre de la fourniture d’électricité dans l’île, il se demande « what amount would be saved from the yearly budget of the OIDC on diesel and generators ? », et si ce projet va bénéficier les habitants de deux îles.
Vivek Pursun demande à Mahen Jhugroo, le ministre des Collectivités locales, de « dire la vérité à la population agaléenne et aux Mauriciens sur ce qui se passe à Agaléga ». « Nou finn perdi Chagos, pas faire démarche sa fois là pou ki nou bisin la guerre avek l’Inde pour nou regagne Agaléga ».
Vivek Pursun se demande pour quelle raison le Commander in Chief de la NCG de Maurice est d’origine indienne, pour quelle raison environ 1 100 officiers de la NCG sont contrôlés par un seul surintendant et comment se passe les promotions au sein de cette unité. « L’île Maurice n’est-elle pas indépendante, pourquoi devons-nous travailler sous l’autorité indienne ? »
Il demande aux Agaléens, aux Mauriciens, aux ONG de se mobiliser pour empêcher qu’Agaléga ne soit pas transformée en une base militaire contrôlée par l’Inde.


AGALEGA: Départ de Jhugroo reporté à mercredi
Reporté mardi dernier pour cause de mauvais temps, le départ du ministre des Îles éparses vers Agalega est fixé cette fois à mercredi prochain à bord du Dornier. Mahen Jhugroo passera deux jours dans l’archipel et sera de retour vendredi prochain. C’est la première fois qu’une personnalité politique entreprendra une visite résidentielle à Agalega. Ce dernier sera précédé par une délégation de trois personnes – soit le General Manager de l’Outer Islands Development Corporation (OIDC), le président du board de cet organisme et l’attachée de presse du ministre Jhugroo –, qui partiront un jour avant pour un retour programmé à la même date, soit le vendredi 10 mai.
Depuis février, les Agaléens sont au courant de la visite du ministre des Iles éparses et sont impatients de le rencontrer pour lui dire leurs doléances et le questionner sur la réalisation du projet de construction d’une nouvelle jetée et d’une piste d’atterissage. Il est aussi question qu’après son retour, vendredi prochain, le ministre organise une visite dans l’archipel à l’intention des journalistes de la presse écrite et parlée. Ces derniers pourraient faire le déplacement lors du prochain voyage du bateau au tout début du mois de juin.


PISTE D’ATTERISSAGE ET JETÉE—SANJAY PANDAY: « Les travaux complétés en 2019 »
Le dossier Agaléga a occupé une place importante dans les sujets évoqués par Sanjay Panda, secrétaire conjoint pour l’Indian Ocean Rim au ministère des Affaires étrangères en Inde, en présence de Gopal Baglay, secrétaire conjoint et porte-parole du ministère des Affaires étrangères, lors d’une rencontre avec la presse mauricienne à New Delhi le 24 avril dernier. Selon Sanjay Panda, il y a eu « beaucoup de spéculations » à Maurice par rapport au financement accordé par l’Inde pour la construction de la jetée et de la piste d’atterissage. Il a voulu ce jour-là dissiper les « appréhensions » dont la presse à Maurice a fait écho. C’est ainsi qu’il a affirmé que l’apport de l’Inde à ces deux projets n’a pour but que l’aspect sécuritaire concernant le territoire mauricien et la surveillance maritime. « This is something in both countries national interest. We have concerns for security », a-t-il insisté.
Le Detailed Project Report (DPR) pour la réalisation de ces deux projets a été confié à Rite Consultants Ltd, compagnie basée en Inde. Il y a une dizaine de jours, ce DPR était en voie de finalisation, selon Sanjay Panday, et durant la semaine écoulée, le gouvernement mauricien attendait que les autorités indiennes lui envoient le document en question. Hier après-midi, on était encore dans l’attente de ce rapport. Interrogé par Le Mauricien au sujet du calendrier de réalisation de ces deux projets, le secrétaire conjoint pour l’Indian Ocean Rim a répondu qu’une fois le « final report » soumis, les procédures de l’appel d’offres et celles de l’octroi du contrat pourraient être complétées vers fin juillet ou début août. Et d’ajouter que les travaux dureront environ deux ans. « The estimate date of completion is 2019 », a dit Sanjay Panda au Mauricien.