MUSIQUE - AU CONSERVATOIRE : Zabitan habite la scène

Public timide pour une scène qui a vibré totalement au rythme du Séga Tan Bluz rodriguais du groupe Zabitan samedi dernier au Conservatoire de Musique François Mitterrand.
Habité par le désir de faire découvrir cette autre musique rodriguaise, qui marie blues et séga tambour, Zabitan s’est donné à fond devant les spectateurs. En témoigne cette septuagénaire qui s’excusant de son “insolence” est montée sur scène à la fin du concert pour faire part de toute son appréciation devant ce “groupe qui donne un autre souffle au tambour rodriguais avec son blues, après des années de stagnation”. Les artistes ont présenté les titres de leur répertoire, des ballades très accrocheuses avec Donn mwa lamen pus mo bato ou encore Sedev Bondie. D’autres plus ambiancés avec Sega Tan Bluz, Dibwa Trwa Fey ou encore Bluz Solitaire.
Melwin Sarangue, guitariste et chanteur principal, s’est affirmé avec sa blues attitude. Il est accompagné d’Alain Collet à la basse, Bruno Brasse à la batterie, Wendel Perrine au clavier et Jean-Noël Philippe pour le tambour et bruitage. Ce dernier, plus connu sous le nom de Didio, brille définitivement par son jeu, propulsant le son du tambour vers des sonorités blues. Accompagné par Norbert Planel aux percussions et Philippe Thomas à la trompette, le quintet a gagné le respect du public par sa simplicité et son humilité. Certes, Zabitan n’aura pas ameuté grand monde, mais il a par contre habité complètement la scène d’une musique rodriguaise bouillonnant par sa fusion avec la modernité. La formation s’illustre une approche contemporaine, tout en s’empreignant de sa tradition et son histoire. Des chansons qui sont issues de la tradition des “Maréchal” qui avec peu de paroles en disent beaucoup.
Pour rappel, Zabitan enchaîne avec une tournée de trois dates à travers l’île : mercredi 28 juin à Lakaz Cascavelle (20 h), 1er juillet au ENSO Restaurant & Bar Lounge à La Gaulette (20 h) et 2 juillet au Kenzi Bar, à Flic en Flac (17 h).