MUSIQUE - FIFTY FIFTY EN DVD : L’éternel optimisme de Catherine Velienne

70 ans et un album en DVD pour continuer une carrière lancée depuis l’époque des 45 tours. Le temps n’a eu aucun effet sur la passion que porte Catherine Velienne à la chanson. L’histoire de cette couturière de Baie du Cap qui a progressé pas à pas au gré de ses maigres économies est une autre raison qui fait d’elle une femme exceptionnelle. Rentrant du Festival Rio Loco avec la Koool Kreol Konektion, en France, elle lance Fifty Fifty et ses 10 nouveaux clips.
Fleur blanche aux cheveux, un grand sourire que ni la misère ni les coups durs n’ont pu entamer, Catherine Velienne s’est construite seule. Sans doute parce qu’il n’a pas été facile pour elle d’expliquer à son entourage immédiat cet amour inconditionnel qu’elle a toujours porté pour la musique. Et, qu’importe si les moyens financiers et techniques ont souvent fait défaut, la chanteuse s’est toujours débrouillée pour revenir avec des nouveautés chez les disquaires. Depuis 1968 on compte trois 45 tours, trois cassettes, suivies par des CD et plus tard par des DVD, dont Mo Reve, lancé en 2014 et Fifty Fifty qu’elle présente cette semaine. 10 clips réalisés à partir de chansons de ses trois précédents albums. Elle s’est mise devant les caméras pour Fifty fifty, Contan Tiake, Zoli Fi Merci, etc.

Une fête pour ses 50 ans.
Une mise en bouche en prélude à la fête qu’elle espère donner l’année prochaine pour marquer ses 50 ans de carrière. “Dimounn dir 50 an bizin fete ! J’espère que les sponsors m’aideront pour faire au moins une petite fête. J’aimerais bien, surtout que ce sera juste après l’indépendance.”
Le concert gratuit qu’elle avait organisé sur la plage de Baie du Cap pour marquer ses 45 ans de carrière avait eu un beau succès d’affluence. L’ambiance y était pour cet ardent défenseur du sega tipik qui a choisi de ne pas être puriste. Seggae, reggae, séga moderne font aussi partie de son répertoire. Mo Mari Finn alle, séga-pop sorti sur le 45 tours qu’elle avait lancé en 1970, a d’ailleurs été retenu pour le projet Soul Sok Sega qui a porté des ségas mauriciens sur les pistes de danse et les scènes internationales il y a peu. En juin, Catherine Velienne et d’autres chanteurs et musiciens réunis par Percy Yip Tong au sein de la Koool Kreol Konektion étaient au prestigieux Festival Rio Loco de Toulouse, France.

Sok.
“Je ne m’y attendais pas !” sourit une fois de plus Catherine Velienne. Elle n’était pas au pays quand Percy Yip Tong était venu frapper à sa porte pour lui parler du projet Soul Sok Sega. “Quand je l’ai vu à mon retour je lui ai donné mon accord. J’ai eu confiance en lui et en l’Anglais qui travaillait sur le projet”, dit Catherine Velienne. En Matière de musique comme pour la couture, il ne faut jamais la croire naïve. Une mauvaise expérience vécue à ses débuts avait conduit la chanteuse à se débrouiller seule pour avancer.
“Mem si mo gagn Loto mo pou res laba mem”, prévient l’enfant de Baie du Cap. Commençant à travailler très tôt, elle s’adonne à différents métiers dans les champs, comme femme de ménage “kot gran madam”, tout en prenant quelques commandes de couture. “Au départ je cousais exclusivement à la main. Je tentais d’emprunter une machine pour rendre mes commandes. Parfois on acceptait. Parfois non.” Parallèlement, elle écrivait des chansons et s’imaginait des mélodies, alors qu’elle ne joue d’aucun instrument et ne connaît pas le solfège. De ses quelques roupies économisées elle sort son premier 45 tours : “La qualité n’y était pas, mais au moins j’étais parvenue à faire ce dont j’avais toujours rêvé.” La vente de ce premier disque lui permet d’acheter une machine à coudre et de devenir couturière à plein-temps.

Diboute fam.
“Je prenais des commandes, je faisais des vêtements prêt-à-porter, j’inventais des modèles. Pour vendre je faisais aussi du porte-à-porte ou j’allais dans les marchés. Ça a été très dur, j’ai beaucoup travaillé, mais ça m’a aidé à avancer.” Un terrain à acheter, une maison à construire, des proches à prendre en considération, les priorités étaient nombreuses. Mais Catherine Velienne continuait à composer. “En fonction des moyens que j’avais, je pouvais, à chaque projet, améliorer la qualité de mes albums et changer de studio pour du meilleur.” 50/50, Sega Fraternel, Zoli tifi, Mari Catalogu, Souvenir Sega, Diboute fam, Mo pa canard ont contribué à sa réputation.
Le DVD Fifty fifty sera peut-être son dernier projet : “J’ai encore des compositions qui ne sortiront peut-être jamais. Si je dois refaire un album il me faudra trouver un nouveau style. Parce que ma voix a changé. Je n’arrive plus à crier comme avant. Elle s’est affaiblie”, dit-elle. Mais qu’importe, ce n’est pas demain la veille qu’elle quittera la scène.