The Prophecy : incontournable
Il a tout surmonté cette année : les obstacles liés à la réalisation d’un album, la préparation pour ses examens de HSC, la perte de personnes proches… Murvin Clélie s’en est sorti la tête haute. Le jeune homme de Plaine Magnien, âgé d’à peine 20 ans, a séduit le public mauricien avec sa voix grave et s’impose comme artiste de l’année, au-delà des concours radiophoniques. Avec son groupe, The Prophecy, il a sorti l’album 21st Century en milieu d’année et le succès a été immédiat. Son tube, Nou pou sirmonte, est sur toutes les lèvres…
Revenant sur cette folle année où il a dû concilier études et succès, Murvin Clélie dit avoir beaucoup appris et s’est enrichi. « Pendant la semaine je me consacrais à mes études et pendant le week-end je donnais des concerts. J’ai tenu à passer mon HSC pour obtenir mon diplôme car je veux par la suite faire des études pour devenir ingénieur du son.»
Si le succès a été immédiat avec 21st Century, Murvin Clélie précise que le travail a commencé depuis longtemps. « Avant l’album, nous avions eu l’occasion de faire quelques scènes comme Reggae Zoue ou encore l’hommage à Bob Marley. Nous avons aussi joué au Baz’Art où nous avons justement été repéré par Franco qui nous a proposé de faire un album. Le courant est passé tout de suite entre nous. C’était le 28 décembre 2014 et nous sommes entrés en studio dès le 2 janvier de cette année. L’album est sorti en mai.»
Le groupe The Prophecy, précise-t-il, a été fondé par lui-même et Olivier Dauphine. « Nous sommes passés par des moments de galère, avant d’en arriver là. Nous nous sommes joints, notamment au groupe Aya et nous avons monté The Prophecy of Aya. Par la suite certains musiciens sont partis, d’autres sont venus… Aujourd’hui, The Prophecy est comme une famille. Nous venons tous de la région du sud. »
Murvin Clélie n’oublie pas non plus le parcours réalisé avec le Curepipe College. « Nous avions un groupe musical au collège, mais par la suite, je suis parti au collège Hamilton à Mahébourg. Cela m’a permis de mieux gérer mon temps étant donné la proximité.  J’en profite pour faire un gros coucou à tous mes amis du Curepipe College et à mon ancien professeur de musique, M. Steeve. »
Le succès a permis à Murvin Clélie et à ses amis de découvrir les différentes facettes de l’univers musical à Maurice. Il y a la scène, mais aussi l’envers du décor. « J’ai réalisé qu’il faut être très vigilant pour ne pas se faire arnaquer par les plus rusés. Je constate également qu’il y a un manque de soutien. Je prends l’exemple de Jane Constance qui a dû aller faire les auditions de The Voice par ses propres moyens. Par ailleurs, je suis content d’avoir participé à des festivals comme Dombeya et Kaz’Out, entre autres, qui nous ont permis d’être plus connus. »
En 2016, The Prophecy prévoit de faire encore beaucoup de scènes. Il souhaite pouvoir s’envoler pour l’Europe afin d’essayer « d’ouvrir d’autres portes ». Mais ce qui est sûr, c’est qu’il n’y aura pas de nouvel album avant 2017. « Un album, cela demande du temps. Nous allons donc prendre notre temps pour travailler le deuxième album. »