« Faire un seul bloc pour empêcher Pravind Jugnauth et le gouvernement d’altérer nos lois pour permettre la vente de la nationalité et du passeport Mauricien ». C’est le message qu’a passé Rezistans ek Alternativ (ReA) sur sa page Facebook hier.

Car comme le relève Ashok Subron et les membres du parti, « la notion de nationalité d’un pays n’est pas un produit, n’a pas de prix et n’est en aucun cas une commodité ».

De ce fait, la tentative du Premier ministre « d’altérer la loi portant sur la vente de la nationalité et du passeport mauricien remet en question l’essence même du droit constitutif naturel, inaliénable, de tous les citoyens mauriciens ». Cet exercice, soutient le collectif, ne peut que porter atteinte aux droits constitutionnels des citoyens mauriciens.

De plus, comme cela est ressorti dans le communiqué, le gouvernement ne possède « aucun mandat démocratique pour agir de la sorte ». Et d’ajouter: « l’altération du fondement sur lequel repose la nationalité de la République de Maurice possède de nombreuses implications économiques, sociétales et politiques ».

Rezistans ek Altenativ lance un appel à tous les parties de l’opposition parlementaire afin de se concerter et de présenter une motion de censure contre Pravind Jugnauth et le gouvernement.

Et aux parlementaires de l’Alliance Lepep, Rezistans ek Alternativ les encourage à « se dissocier et de refuser de voter les changements de loi portant sur la vente de la nationnalité et du passport mauricien ».

Pour rappel, le Premier ministre a annoncé dans le Budget 2018/2019 que le Mauritian Citizenship sera mis en vente à des étrangers contre la somme de Rs 35 millions (USD 1 million).