Obsèques en Inde de l'infirmière qui s'est suicidée après un canular radio

Le mari(à dr.) de l'infirmière qui s'est suicidée en Grande-Bretagne, supervise les préparatifs pour les funérailles à Mangalore en Inde

La petite ville indienne de Shirva se préparait lundi à célébrer les obsèques de l'infirmière retrouvée pendue après un canular téléphonique à l'hôpital britannique où était soignée l'épouse du prince William.
Le mari et les deux enfants de Jacintha Saldanha, 46 ans, devaient assister à la cérémonie prévue à 16H00 locales (10H30 GMT) dans l'église catholique de cette ville située à 50 km de Mangalore, dans l'Etat du Karnataka (sud-ouest).
Le corps de l'infirmière, née à Shirva et qui habitait depuis 12 ans en Grande-Bretagne, a été rapatrié en Inde dimanche. Une messe en sa mémoire a été organisée samedi à Londres, en la cathédrale de Westminster.
Jacintha Saldanha a été retrouvée pendue dans les logements réservés aux infirmières de l'hôpital londonien King Edward VII le 7 décembre, trois jours après avoir été abusée au téléphone par des animateurs d'une radio australienne, qui s'étaient fait passer pour la reine Elizabeth II et le prince Charles.
Une source au sein de sa famille a indiqué à l'AFP qu'elle reposait dans une chapelle mortuaire non loin de Mangalore, où vivent plusieurs de ses proches.
Des employés du cimetière de l'église Our Lady of Health travaillaient dimanche à creuser une tombe. L'emplacement était surmonté d'une simple croix en noir et blanc sur laquelle étaient inscrits son nom et ses dates de naissance et de mort.
Les membres de sa famille vivant à Shirva ne souhaitaient pas communiquer avec la presse après la frénésie médiatique qui a suivi l'annonce de sa mort.
Selon un journaliste local, s'exprimant sous couvert d'anonymat, la population s'identifiait à la famille de l'infirmière.
De nombreux foyers ont des proches ayant choisi de s'exiler en Grande-Bretagne ou dans les pays du Golfe pour trouver un emploi dans le secteur tertiaire ou de l'ingénierie et envoyer une partie de leurs salaires à leur famille restée en Inde.
"Les gens sont curieux et veulent savoir ce qui s'est passé", jugeait ce journaliste.
Les raisons du geste de Jacintha Saldanha n'ont pas été révélées. Mais l'infirmière a laissé trois notes.
Selon le journal The Guardian, une de ces notes évoque le canular, l'autre donne des instructions pour ses funérailles et la troisième "concerne l'hôpital et contient des critiques sur le personnel".