Les handisports mauriciens se sont envolés aux Championnats du monde d’athlétisme de Dubaï hier après-midi, mardi 5 novembre. Une compétition des plus cruciales pour nos 11 athlètes car les quatre premiers de chaque épreuve se qualifieront pour les Jeux paralympiques de Tokyo 2020, au Japon (25 août au 6 septembre).

La compétition démarre jeudi matin, 7 novembre, avec l’entrée en piste de Rosario Marianne au lancer du poids (handicap visuel).

Parmi les 11 athlètes qualifiés, sept sont issus du groupe de Jean-Marie Bhugeerathee, entraîneur national de la Mentally Handicapped Persons Sports Federation (MHPSF). Anndora Asaun fera quante à elle, ses grands débuts à ce niveau de la compétition. « Aux Mondiaux de Londres, nos athlètes n’avaient pas d’expérience. C’était une découverte et du reste, les résultats n’étaient pas fameux », soutient Jean-Marie Bhugeerathee.

Pour Jean-Marie Bhugeerathee, l’objectif sera de viser encore plus haut, notamment d’essayer de terminer parmi les quatre premiers de son épreuve afin de valider une qualification pour les Jeux paralympiques de Tokyo.

D’autre part, les regards seront surtout tournés vers Noemi Alphonse, qualifiée dans cinq épreuves (100m, 400m, 800m, 1500m et 5000m). Si au départ, il était dit que sa meilleure carte serait l’épreuve reine (100m) où elle a pour chrono un 17:00 (son record national battu cette année), en revanche, Jean-Marie Bhugeerathee est désormais d’avis qu’un exploit est possible au 800m également.