PARTIELLE DE BELLE-ROSE/QUATRE-BORNES

Sérénité et sobriété marquent
le dépôt de la candidature MMM

Nita Jaddoo, la candidate mauve, et ceux qui l'accompagnaient hier, dont son leader, Paul Bérenger, le président et le secrétaire général du MMM, Rajesh Bhagwan, et Ajay Gunness, de même que les autres dirigeants Reza Uteem, Pradeep Jeeha, Ariane Navarre-Marie et Veda Baloomoody, a été accueillie à son arrivée au centre par le Commissaire électoral en personne, Irfan Rahman. Signe précurseur ? En tout cas, certains ont aussi vu en la petite pluie fine qui a arrosé SSS Sodnac justement à cette heure une bénédiction des cieux. Les partisans mauves, en grand nombre, sont demeurés très disciplinés dans l'enceinte de l'école, attendant la fin de dépôt de candidature pour exprimer leur contentement. Après l'allocution improvisée de Nita Juddoo et de Paul Bérenger, les militants ayant fait le déplacement sont repartis, cette fois en cortège motorisé, pour un défilé dans les différents quartiers de Belle-Rose/Quatre-Bornes.

Retour du PTr dans l'arène
après sa défaite de 2014


Le PTr a attendu le début de l'après-midi pour se pointer à SSS Sodnac en vue du dépôt de candidature de son candidat Arvin Boolell. Rendez-vous avait été donné aux partisans rouges aux abords du supermarché MyChoice, non loin de l'école, évitant ainsi de croiser ceux du PMSD, qui revenaient eux du centre d'enregistrement. En avant-plan, Arvin Boolell aux côtés du leader du PTr et d'autres membres influents du parti et des partisans scandant « Ar nou non ! » ou « Premier ministre imposte nou pa lé ! » Si le leader, les membres du PTr et les partisans arboraient tous la couleur rouge, des t-shirts à l'effigie du PTr ayant été distribués, le candidat, lui, n'a pas affiché sa couleur pour ce retour dans l'arène pour le PTr après la défaite de 2014. Le dépôt de candidature s'est déroulé sans anicroche, le PTr étant un vieux routier dans le domaine et s'étant bien préparé pour.

Slogans hostiles du PMSD
à l'encontre du gouvernement


Pavillons à la main, cris de ralliement et slogans hostiles à l'encontre du gouvernement, c'est à midi que les partisans bleus, avec à leur tête leur candidat, Dhanesh Maraye, et le leader, Xavier-Luc Duval, ont fait leur entrée à SSS Sodnac. Des « Pinocchio nou palé », « Alibaba voler » fusaient de toutes parts, tandis que d'autres partisans bleus scandaient en même temps « Xavier nou fitir premye minis ». Malgré "l'affaire Mamade Khodabaccus" qui ébranle actuellement le parti, les sourires pouvaient se lire sur le visage des fervents des bleus, « prêts à en découdre », selon ces derniers. D'une atmosphère particulièrement bon enfant au départ, l'ambiance est montée d'un cran à la sortie de Dhanesh Maraye et Xavier-Luc Duval de la salle de dépôt de candidatures. Le candidat désigné, affichant toute sa confiance quant à cette joute, devait même afficher le "V" de la victoire.

Mouvement Patriotique :
le renouvellement  en marche  


Renouvellement et jeunesse. Le leitmotiv du Mouvement Patriotique depuis la désignation de sa candidate à cette partielle a été une nouvelle fois à l'agenda lors du dépôt de candidature de Tania Diolle hier après-midi. C'est aux alentours de 14h que cette dernière a fait son apparition, entourée d'une poignée de partisans hétéroclites et des cadres du parti, visiblement confiants en une bonne performance de leur protégée. Émue par cette première participation à une élection, la jeune candidate devait d'emblée lâcher que « le renouvellement est en marche », avant quelques accolades avec ses supporters. Ces derniers s'étaient donné rendez-vous au quartier général du MP avant de rallier, à pied, la SSS Sodnac.

Fanfare pour le Reform Party
Pétarades, trompettes et tambours ont ainsi marqué l'entrée fracassante du leader du Reform Party accompagné de son épouse et de ses deux filles à la SSS Sodnac. Alors que Roshi Bhadain remplissait les premières formalités, en dépit des directives que leur avait donné leur leader afin que tout se déroule sans dans l'ordre, quelques-uns des sympathisants du Reform Party ont fait éclater des pétards et trembler les tambours. Ils ont vite été rappelés à l'ordre par les policiers qui leur a fait comprendre que ce genre de démonstration est interdit par l'Electoral Supervisory Commission. Les partisans ont passé plusieurs minutes dans l'enceinte du collège, attendant dans le désordre leur leader. Une fois dehors, Roshi Bhadain a remercié ses partisans, les exhortant à rester disciplinés. À la sortie de SSS Sodnac, les partisans du Reform Party ont croisé ceux du MMM, qui étaient en route près du centre d'enregistrement. Tout s'est néanmoins passé dans le respect, en dépit de quelques invectives de part et d'autre, au grand soulagement des policiers, qui avaient formé tant bien que mal un cordon de sécurité entre les deux groupes.

Rezistans ek Alternativ
fait dans la simplicité

Sans fanfare ni tambour, les partisans de Rezistans ek Alternativ ont fait leur entrée à la SSS Sodnac en début d'après-midi accompagnant leur candidat Kugan Parapen. Le slogan choisi pour cette partielle « Na pa soutir pouritir ». Et c'est fièrement que 18 jeunes ont arboré ces lettres, comme un message pour la circonscription N°18, en marge des résultats le 18 décembre. Dans la simplicité, menés par Ashok Subron, Veena Dholah, entre autres, arborant les couleurs et le slogan du parti, ils ont attendu patiemment l'enregistrement de Kugan Parapen qui, en guise de pièce d'identité, a présenté son passeport. Un dépôt de candidature qui s'est déroulé dans la discipline pour le parti au papillon, alors qu'arrivaient en même temps les partisans du PTr et ceux du Mouvement 1er Mai.


Les candidats
Nita Jaddoo : « Être candidate du MMM
n'est pas une mince affaire »

« Je dois reconnaître que j'ai été un peu émotionnée en sortant du centre d'enregistrement. Être la candidate du MMM n'est pas une mince affaire. Je suis consciente de la responsabilité qui m'incombe et je m'engage à poursuivre la lutte sans relâche. Quand je pense par exemple que la nuit dernière des militants sont restés éveillés jusqu'à 1h45 du matin, je prends la mesure de leur dévouement à leur parti. Je tiens particulièrement à remercier toutes les femmes qui me soutiennent dans cette campagne. Mais nous n'entendons pas fer fezer. Anou less sa pou lezot. Le MMM est aussi heureux de constater de plus en plus le retour des anciens militants qui avaient pris leur distance. Cela augure le retour au MMM des grands jours. »

Arvin Boolell :  « Je tiens à remercier
mon leader Navin Ramgoolam »

« Je tiens à remercier mon leader Navin Ramgoolam, mon équipe et tous les sympathisants pour leur soutien. Nous marchons vers la victoire. Victoire-la li pa pou moi, ni pou PTR, mais pour Maurice entier. Au PTr, nous ne prenons pas les choses pour acquis. Nous avons nos convictions et des arguments. Nous avons toujours put people first. C'est cela nos valeurs. Comme l'a dit Jocelyn Chan Low, une victoire du PTr serait un tsunami sur la scène politique. Mais nous irons seuls aux prochaines élections, tout en créant de l'espace pour les jeunes, les femmes et les autrement capables. Nous sommes victimes des circonstances, mais le public veut la sérénité et la paix. À partir de maintenant, nous allons accentuer notre campagne de proximité et nous serons encore plus à l'écoute. Et dès que nous serons au Parlement, nous avons comme objectif de fédérer l'opposition. Était-il vraiment nécessaire d'avoir cette partielle ? M. Bhadain finn zet enn pavé dan enn moment kot l'opposition ti pé unir. Sa partielle-la finn vini et pou éna bookou réalignement politique. La victoire du Parti travailliste li inévitable, mais nou pa kapav take anything for granted. »

Dhanesh Maraye : « Le PMSD
l'unique espoir pour le changement »

« Le PMSD représente aujourd'hui l'unique espoir pour le changement à Maurice. Xavier Duval est le politicien le plus aimé à Maurice et le parti a une équipe jeune qui représente toute la nation. J'habite à Quatre-Bornes et croyez-moi que je ferai le maximum afin de combattre les fléaux tels que la drogue. Je suis confiant de la victoire du PMSD car les gens de ma ville savent qui sont sérieux ou pas dans leur démarches. »

Tania Diolle : « Nous nous battrons afin
de réaliser une grosse performance »

« Le Mouvement Patriotique offre une plateforme aux jeunes pour pouvoir s'exprimer. C'est un espace que je n'aurais pas trouvé dans les autres partis traditionnels. Je laisse mon empreinte sur le renouvellement d'idées quoi qu'il arrive. Nous comptons par ailleurs organiser un event pour le lancement officiel de notre campagne et croyez-moi que nous nous battrons jusqu'à la fin afin de réaliser une grosse performance à cette partielle. »

Roshi Bhadain :  « Le MSM a choisi de ne
pas défendre son projet Metro Express »

« En refusant de mettre un candidat pour la partielle, le gouvernement démontre qu'il n'a même pas la volonté de défendre son projet Metro Express à Quatre-Bornes. L'enjeu de cette élection c'est la défiguration de Quatre-Bornes. Il est primordial pour les habitants du N°18 de défendre leur ville et dire non à ce projet de charcuterie routière ».

Kugan Parapen : « Nou pé répran
flambeau des années 1970 »

« Nous comptons sur les Quatre-Bornais pour un vote intelligent, en réalisant que Maurice est au bord d'un précipice, au bord d'une crise sociale et que l'inégalité a augmenté de façon dangereuse ces dernières années. Nou pe dir électorat N°18 ki bann parti politik ki clame zot être bann sover de nou repliblik finn trahir la population, l'avenir, la jeunesse. C'est surtout à cette jeunesse que nous faisons appel aujourd'hui. Mais nous comptons aussi sur cette génération qui a connu les années 1970. Nou, nou pé répran le flambeau ki dans les années 70 bann militants ti pé améné. Nous demandons leur soutien pour nous aider à mener notre société à bon port ».


Les leaders
Paul Bérenger : « Jamais le MMM n'a été
en campagne avec autant de femmes au front »

« Je tiens à remercier celles et ceux qui ont fait le déplacement en ce jour pour leur présence et leur enthousiasme. Nous avons désormais six semaines de campagne devant nous. Je dois dire que Nita Juddoo nous donne l'exemple de ce que comment une campagne électorale doit être menée dans l'unité et la sobriété. Je tiens à la remercier pour cela. Sans exagération, jamais un grand parti comme le MMM n'a démarré une campagne avec autant de femmes en première ligne. Cela devrait servir de leçon au moment même où d'autres s'emploient à manquer de respect envers les femmes. »

Navin Ramgoolam :  « Important
qu'Arvin Boolell entre au Parlement »

« C'est un siège du MSM qui a été mis vacant. Mais s'il ne présente pas de parti, c'est que laké entre les jambes, zot koné ki raclé zot ti pou gagné. Il y a des choses bizarres qui se passent dans le pays D'ailleurs, le gouvernement a invité une personnalité controversée en Inde à Maurice. Ce gouvernement joue avec le feu. Tout cela est inacceptable. Il est important qu'Arvin Boolell entre au Parlement. Li important Parti travailliste gagne sa siez-la. Nou, nou koné dan ki direction nou pé alé. »

XLD : « Dhanesh Maraye représente
l'avenir de la politique à Maurice »

« Dhanesh Maraye est un jeune visionnaire qui est proche du peuple. Notre candidat représente l'avenir de la politique à Maurice et le PMSD va, à travers cette élection, se positionner comme le plus grand parti du pays. »

Alan Ganoo : « L'absence du MSM
est une tristesse pour la démocratie »

« Je me réjouis que Tania Diolle ait rejoint le parti et je tiens à rappeler que je n'ai aucun regret de l'avoir alignée à cette joute électorale. C'est un signal fort que nous lançons à la jeunesse mauricienne. Je regrette néanmoins l'absence de l'alliance gouvernemental à cette partielle. Ça reste une tristesse pour la démocratie. »

Ashok Subron :  « Sept semaines
pour rompre avec la pourriture »

« Les jeunes, les travailleurs, les femmes, les habitants de Quatre Bornes/Belle Rose ont sept semaines pour faire la rupture avec la pourriture. C'est enn élection qui pou mark l'histoire pays si seulement Kugan Parapen élu. Si les autres candidats des partis traditionnels sont élus, ces élections auront été un non-event. C'est une élection très importante. Tout le monde sait que le parti qui incarne l'anticommunalisme à Maurice c'est le parti Papillon. Le parti qui incarne l'écologie à Maurice, c'est Rezistans ek Alternativ. Le parti qui incarne la justice sociale et économique dans le pays, c'est Rezistans ek Alternativ ».


Le Mouvement 1er Mai soutenu par  Georges Ah Yan
C'est à 12h30 et sous une pluie fine que les partisans du Mouvement 1erMai, munis de drapeaux jaunes, ont fait leur apparition à la SSS Sodnac en soutien à la candidature du syndicat Jack Bizlall à cette partielle. Ces derniers ont été ravis de constater le soutien de Georges Ah Yan, du Forum des Citoyens Libres (FCL), qui les attendait dans l'enceinte de l'établissement. Interrogé sur la raison de ce soudain ralliement, il devait faire ressortir que « Jack est la seule personne à pouvoir me faire rêver dans cette élection. » Et d'ajouter qu'il « m'a laissé convaincre par les actions qu'il entreprend sans rien réclamer à quiconque. » À noter qu'au même moment étaient présents à ce dépôt de candidatures l'autre parti de gauche, Rezistans ek Alternativ. Ivor Tan Yan, membre Mouvement 1er Mai, souligne « que les divergences de ces dernières semaines entre les deux écuries n'ont pas gâché nos bonnes relations », mais il dit toutefois regretter de n'avoir pu s'allier à Kugan Parapen. « Cet accord nous aurait offert une victoire certaine », a-t-il conclu.

Jack Bizlall (Mouvement 1er Mai)
« Je demande à l'électorat du N°18 de créer l'histoire et de donner une claque magistrale à ceux qui ont menti depuis 1968. J'ai fait mes épreuves. J'implore les Quatre-Bornaises à ne pas se laisser berner une nouvelle fois par le PTr, le MMM et le PMSD. Votons pour d'autres idées. »

Ashwin Kumar Dillum (independent)
« Il faut un changement. La manière de faire du gouvernement ne fait pas progresser le pays. Les jeunes ont besoin d'autres choses. Je connais Quatre-Bornes pour y avoir vécu lorsque j'allais au collège, et j'ai de la famille et des amis qui y habitent. Ma participation à ces élections est un avant-goût en marge de ma prochaine participation aux élections générales. J'ai déjà participé à des élections à l'université de Maurice. Aujourd'hui, je suis chômeur malgré mes études, mais je sais que je peux apporter un changement en étant au Parlement. »

Cindy Antonio (Les Verts Fraternels)
« J'en suis à ma 3e participation à des élections. Avant cela j'ai participé aux élections générales et municipales. Comme premier résultat, nous avons déjà obtenu que notre idée du Metro Express soit adoptée, même si c'est la raison qui a fait démissionner Roshi Bhadain. Mon objectif est d'apporter la réparation aux descendants d'esclaves. Il faut un véritable combat contre la misère qui crée des fléaux comme la drogue, les vols, la violence, etc. Notre programme pour les élections de 2014 a été adopté presque dans sa majorité. Nous allons aussi combattre pour la protection de l'environnement. »

Kevin Payen (indépendant)
« Les jeunes sont proches de moi et sont plus capables de me parler de leurs préoccupations. C'est pourquoi je souhaite les représenter. J'ai déjà participé à des élections pour d'autres partis, mais ils ont pris les idées seulement. Alors je veux changer et travailler pour les jeunes. Je ne vois pas seulement pour la circonscription N°18, mais sur le plan national. Je veux mener un combat pour le salaire minimal. Pas possible que des gens au gouvernement touchent Rs 300-500 000 décident d'un salaire minimal de Rs 8 000 pour les autres. »

Ramkissoon Hemraj (indépendant)
« Comme tous les habitants de Quatre-Bornes, j'ai été berné par ceux que nous avons élus. Popilasyon finn perdi so letan e zot pa pou regagn nou vot. Ces partielles agiront comme un vote sanction contre le gouvernement également et si je suis élu, je ferai le nécessaire pour que la population sache comment nous avons obtenons l'indépendance. Je ferai aussi tout mon possible pour que Maurice retrouve sa nationalité britannique. »

Vivek Pursun (Mauritian National Congress)
« Aujourd'hui nous avons un gouvernement des scandales qui dirige le pays. Un gouvernement des violations des droits constitutionnels, un gouvernement dominer qui travaille pour la protection des dynasties et qui oppresse la presse. Il faut que cela s'arrête. J'ai déjà été conseillé sous le gouvernement MSM-MMM en tant que membre du MSM entre 1991-96. J'ai une vision pour Quatre-Bornes que je n'ai pas pu réaliser. C'est ce que je compte faire pour améliorer la vie des Quatre-Bornais. »

Gheereedharry Seetohul (Republic and Labour Party)
« Au sein de mon parti, nous avons une vision pour le développement de Maurice selon les aspirations des Mauriciens. Nous sommes une équipe forte et intègre. Malgré notre retard dans la campagne, nous sommes confiants de faire un bon score car le pays a besoin de nous. »

Yenkanah Nasanah (indépendant)
« Je veux revoir la politique de déflation. Selon les statitisques de 2013, il y avait 43 000 chômeurs en 2013, aujourd'hui il y en a 60 000. Ce n'est pas possible que des enfants aillent étudier et se retrouvent sans emploi. Si je deviens député, je partagerai toute ma paye avec les plus démunis de ma circonscription. »

Yuvan Beejadhur (Nouveau Front Politik)
« Il est temps que le pays passe à autre chose. Et ce qui se passera à Quatre-Bornes se reflétera sur Maurice dans le futur. Il ne faut pas tomber dans la démagogie de tous ces partis politiques existant depuis des décennies. Leurs discours changent, les visages changent, mais leurs méthodes ne changent pas. Nous, nous venons avec un programme axé sur le développement durable. Nos priorités concernent l'eau, l'électricité, l'emploi, la sécurité. Quatre-Bornes ne doit plus être divisé en deux parties, l'une où il y a l'eau, la sécurité, etc., et l'autre où la drogue, la misère, l'insécurité priment. Il faut un changement. »

Nitish Joganah (indépendant)
« Après avoir soutenu pendant 42 ans tous les partis politiques, aujourd'hui je suis dégoûté, car pour la première fois de l'histoire de Maurice, la classe politique est tombée dans une bassesse extrême. Si je suis candidat, c'est parce que je souhaite devenir un modèle pour les citoyens et mo pou bouze pou Quatre-Bornes. Je veux savoir aujourd'hui s'il faut continuer à chanter la vérité ou continuer dans le mensonge. »

Maharajah Madhewoo (The Liberals)
« Aujourd'hui en présentant ma vieille carte d'identité, qui a été acceptée par la Commission électorale, c'est une première victoire que nous avons remportée. Je suis un symbole de la simplicité et je suis intéressé uniquement par le bien-être de la population. Si demain je devenais parlementaire, toute ma paye irait aux démunis de ma circonscription. Nous avons de longues batailles à mener, dont celle de la carte biométrique. Et dans ce combat je ne suis pas seul. »