J-1 avant que ne s’efface 2017. Le réveillon du Nouvel An 2018 est au seuil de votre porte ! Le grand nettoyage est terminé…, les invitations transmises, le barbecue installé, les amuse-bouches prêts à titiller les papilles, le champagne au frais, et le disque de l’année prêt à tourner; il ne reste plus qu’à se procurer pétards et feux d’artifices. Mais la frénésie des feux d’artifice est-elle toujours d’actualité pour autant pour que la dernière soirée de 2017 se termine en toute beauté ?

A peine remis du repas de famille de Noël, voilà que nous enchaînons avec la St-Sylvestre pour célébrer avec nos proches le passage d’une année à l’autre. Bien ancrés dans nos us et coutumes, les feux d’artifice passionnent petits et grands lors des diverses célébrations. Mais voilà, le réveillon du Nouvel An est l’immanquable rendez-vous de notre calendrier. Qu’on le souhaite ou non, ne devons-nous pas nous plier aux traditions de la Saint-Sylvestre? À Maurice, le 31 décembre se résume, pour beaucoup, à festoyer toute la nuit avec les gens que l’on aime. On mange abondamment, on se délecte d’un ou de deux verres (de boisson gazeuse bien sûr…) et à minuit pile, on laisse libre cours à la chaîne de pétards pour accueillir l’arrivée du premier jour de l’année.

Le feu d’artifice : plus qu’une coutume !

Il est vrai que le réveillon du Nouvel An a toujours su nous rassembler dans une grande simplicité. Les Mauriciens sont d’ailleurs loin de se départir de leurs petites coutumes faisant du réveillon un moment si spécial. Les célébrations traditionnelles du Nouvel An peut-elle donc se faire sans ‘‘gadjacks’’ et playlists favoris ? Et sans feux d’artifice de toute sorte prête à illuminer le ciel à minuit? Ils sont intrinsèquement liés à nos festivités.

Et si vous vous rendez en ville, ce ne sont pas les commerçants de feux d’artifice qui manquent. Pour Tissen, vendeur dans une petite boutique, rue Bourbon, Port-Louis, les feux d’artifice se vendent plutôt bien en cette période de fête bien que certains attendent parfois le dernier moment pour les acheter. « Il y a bien entendu des jours où il n’y a aucune vente. Pour l’instant, il y a moins de personnes qui se préoccupent d’acheter les feux d’artifice. Généralement c’est la veille que la demande augmente énormément; en semaine les gens sont au boulot, du coup ils ont moins de temps pour en acheter », affirme notre vendeur motivé.

Les pétards « Golden Deer » toujours de la partie

Si vous croyez que le pétard « cerf » (Golden Deer) se fait vieux, détrompez-vous ! Cet indémodable pétard est toujours en vente bien que de nouveaux types de feux d’artifice font leur apparition chaque année. « Les Mauriciens continuent d’acheter les pétards « cerf » tout comme les gros à rouleau chinois. Ils ont toujours une bonne clientèle. Nous recevons aussi quelques nouveautés que ce soit dans la gamme des pétards ‘ordinaires’ ou des feux d’artifice, et les gens restent tout de même très attirés par les nouveautés », nous explique Tissen.

Tout comme les cadeaux de fin d’année, nous sommes nombreux à réserver un budget pour l’achat de pétards et feux d’artifice. Allant de Rs 25 à quelque Rs 15 000, les énormes rouleaux de pétards chinoise sont les plus populaires. Ils vont jusqu’à résonner dans tout le quartier.

Ainsi, rien n’emplit plus le cœur des plus jeunes de bonheur et d’émerveillement que des feux d’artifice. Période d’effervescence dont les voisins aiment se targuer entre eux quant aux fusées plus puissantes et spectaculaires. De ce fait, on imagine difficilement un Nouvel An sans pétard. Selon Tissen, habitué à voir défiler petits et grands dans son magasin depuis plusieurs années, la coutume des feux d’artifice n’est pas prête de s’arrêter.

Le saviez-vous ?

À l’origine, les feux d’artifice viennent de Chine où ils ont été inventés il y a plus de 2 000 ans. Ils ont vraisemblablement été découverts accidentellement, par quelqu’un qui avait renversé par imprudence du salpêtre en train de chauffer. Les Chinois les utilisaient au passage de l’an nouveau pour effaroucher les esprits négatifs en produisant beaucoup de bruit, de manière à ne plus en être victimes durant la nouvelle année.

Feux d’artifice – Qu’est-ce qui peut mal tourner?

C’est beau, cela fait du bruit, c’est distrayant mais les pétards et feux d’artifice restent tout de même extrêmement dangereux ! Le risque de blessures peut être sensiblement réduit (le danger peut même être totalement éliminé) si vous appliquez correctement le mode d’emploi et les instructions de sécurité de senTRAL (site internet contenant toutes les informations en sécurité, en médecine du travail et en environnement)

Feu d’artifice qui bascule : il arrive que l’artifice ne soit pas bien fixé et bascule au moment de son décollage. Dans ce cas, assurez-vous que la fusée soit bien installée au préalable.

Coups tirés au niveau du sol : de temps à autre, l’artifice ne décolle pas. Cela peut être dû à une erreur de montage ou à un manque de puissance d’élévation. Le problème peut également être causé par l’explosion prématurée de la charge contenue dans un des emballages ou une des enveloppes. Prudence en s’approchant d’eux!

Feux d’artifice partiellement tirés : il n’est pas rare que des feux d’artifice composites ne soient pas entièrement tirés. L’effet pyrotechnique s’interrompt brusquement alors que l’artifice n’est encore que partiellement tiré. Cela peut être dû à l’explosion anticipée d’une charge encore dans son emballage, ce qui peut lacérer la mèche. Ne vous précipitez pas pour rallumer le feu d’artifice ! Laissez-le reposer. Vous ne pouvez jamais savoir si la mèche interne n’est pas en train de faire long feu ou s’il n’y a pas une autre enveloppe qui se consume. C’est le genre de chose qu’il est impossible de voir à distance. Il peut arriver qu’un pétard se rallume spontanément.

Allumage impromptu : un allumage inopiné peut se produire lorsque les étincelles provenant d’un artifice en enflamment un second. Si vous avez correctement disposé vos feux d’artifice et s’ils sont tous bien protégés, le problème ne se posera jamais.

Incertitude quant à l’allumage effectif : Quand vous allumez la mèche, que celle-ci se met à couver, mais que rien ne se passe, n’allez pas vérifier sur place. Cela peut s’avérer réellement décevant quand ça se produit, surtout s’il s’agit d’un feu d’artifice onéreux. Mais cela ne vaut pas la peine de prendre le risque de retenter un second allumage.