Le MMM a choisi d’organiser une assemblée spéciale des délégués le 1er mai à la place de la journée de réflexion initialement prévue, a annoncé hier après-midi Paul Bérenger à l’issue de la réunion  du comité central de son parti dans la salle du conseil municipal de Beau-Bassin/Rose-Hill. D’autre part, cette réunion a été marquée par la suspension de deux dirigeants du MMM, à savoir Kavi Ramano et Atma Bumma, et la décision de laisser la porte ouverte pour Alan Ganoo, dont le nom avait été cité au bureau politique la veille.
La décision du MMM de ne pas organiser de réunion nationale de réflexion le 1er mai est motivée par le fait que les municipales sont derrière la porte ainsi qu’en raison des remous subsistant au sein de ce parti. Son leader, Paul Bérenger, a toutefois affirmé que des réunions régionales « très enrichissantes » sont actuellement en cour et que celles-ci se poursuivront alors que la journée de réflexion, elle, sera organisée après le prochain scrutin.
Concernant les remous au sein du MMM, Paul Bérenger a expliqué qu’aucun blâme n’est prévu pour Steven Obeegadoo, qu’il a rencontré lundi. « Je suis très content de voir que nous prenons un nouveau départ. Steven a été présent à toutes les réunions du bureau politique, y compris lundi. Nous avons décidé de prendre un nouveau départ et de donner à tout le monde l’occasion de participer pleinement, selon ses capacités et selon ses centres d’intérêt. Nous lui donnerons l’occasion de produire un document et de faire des propositions concernant la réorganisation du MMM et la réactualisation de la constitution, qui sera présentée à la prochaine journée de réflexion. Avec son expérience, il pourra apporter pleinement sa contribution », a dit Paul Bérenger.  
S’agissant de Kavi Ramano et Atma Bumma, Paul Bérenger a ajouté observer que la direction de son parti a noté que ces derniers ont fait des déclarations « blessantes et insultantes » à la presse. « Ils ont boycotté toutes les réunions du bureau politique.  Alors que se tient la réunion spéciale du comité central cet après-midi (Ndlr : mardi), Atma Bumma a fait comprendre qu’ils se rencontrent. J’espère que Alan pa amar so cadav dan ene kaless kasse », poursuit-il, ajoutant : « Nous les suspendons du bureau politique. Nous suivrons leur comportement. S’il faut prendre plus de sanctions, nous le ferons. S’il faut lever la suspension, nous le ferons aussi. Le comité central reviendra sur cette question lors de la réunion de samedi. » Selon Paul Bérenger, leur suspension résulte de leur participation régulière à des réunions en compagnie de Joe Lesjongard, Jean-Claude Barbier et Raffick Sorefan ainsi qu’à leurs « déclarations blessantes » et leur absence au bureau politique.
Concernant Alan Ganoo, Paul Bérenger a affirmé que le comité central fait une distinction avec les deux autres dirigeants. « Nous sommes bien tristes qu’il ait choisi de ne pas être présent au bureau politique lundi ainsi qu’au comité central aujourd’hui. Mais nous ne préconisons aucune sanction ou blâme contre lui. Nous reverrons la situation samedi au bureau politique. Le même jour, une réunion spéciale du régional de la circonscription No 14 est prévue. Nous reverrons la situation et une décision sera prise samedi. Nous espérons que les choses évolueront dans la bonne direction », a poursuivi le leader des mauves.
Interrogé par la presse, Paul Bérenger a affirmé qu’il avait prévu de rencontrer Alan Ganoo avant la réunion d’hier, ajoutant avoir attendu en vain. Il a cependant estimé que le président du MMM « passe par des moments difficiles » depuis les élections. Mais il se dit prêt à le rencontrer dans la mesure « où les malentendus se règlent dans le dialogue ». Il reprend : « Après tout, nous sommes tous des militants ! » Selon Paul Bérenger, il n’y a « aucun contentieux » au sujet des raisons ayant motivé l’alliance avec le PTr, ajoutant que tout le monde « a été critique » par rapport aux travaillistes. Et de faire état dans le même temps d’articles de presse qui, selon lui, « sont le fruit de l’imagination de certaines personnes ». C’est ainsi qu’il a précisé n’avoir jamais dit que Alan Ganoo avait participé à une réunion durant laquelle l’éventualité de le renverser comme leader de l’opposition aurait été évoquée. « J’avais reproché aux trois dirigeants d’avoir participé à une série de réunions avec les dissidents du MMM », a-t-il précisé.?D’autre part, un comité de campagne en vue des municipales a été mis sur pied sous la présidence du secrétaire général mauve, Ajay Gunness. Une première réunion est prévue lundi après-midi.