Bientôt au Baz’Art à Mahébourg où il donnera à entendre quelques-unes de ses compositions récentes et un album prévu pour décembre, Lionel Permal (auteur-compositeur, chanteur directeur artistique au sein de « l’Entreprise » musicale Lively Up), multiplie les interventions. Une nouvelle aventure dans l’infini — l’infini des sons, des possibles, une continuation dans l’esprit du rythme qui emporte. Une étape certainement décisive dans la maturation artistique de l’homme. Une leçon de vie que nous livre Lionel en toute modestie.
Il a connu l’espace privilégié de toutes les récréations et expérimentations. Blackmen Bluz est très vite devenu un terrain de jeu privilégié : des prestations, un album Akoustika, un single et d’autres projets. L’aventure en groupe terminée, Lionel Permal continue à composer, partager des valeurs fondamentales pour lui. Une période de remise en cause, de quête personnelle, la recherche de nouvelles sonorités. Une autre manière de façonner la masse sonore expulsée du fonds de son être. Influencé par toutes sortes de musique à la base, le reggae, le seggae puis une évolution vers l’acoustique, le folk et l’électro. Lionel Permal nous parle de ses impulsions : si ça a été jouissif de jouer ensemble, c’est en pleine liberté et en totale confiance qu’il reprend la route en solo après deux ans — le temps de donner forme à ce qu’il avait dans la tête. Il nous confie son petit laboratoire : l’envie de composer une musique plus organique et spontanée, sans changer d’identité mais en montant de plusieurs degrés en intensité et en précision. Lionel Permal reste seul mais riche d’un réseau où il peut compter sur de nouveaux complices selon un spectre interdisciplinaire où la recherche croise de nombreux secteurs de la composition actuelle, de l’électro, de l’acoustique. La volonté aussi d’utiliser un message simple pour faire passer un message profond. Outre son charisme, Lionel touche à une large gamme d’émotions avec ses choix de notes, des arrangements soignés où se mêlent l’utilisation d’instruments acoustiques et autres. « Tout commence au fond de nous… à partir de là on peut résoudre les difficultés, réconcilier les contraires et trouver une ligne du milieu… », déclare Lionel Permal. Dans son petit studio, il expérimente, compose des chansons en français, en anglais, en créole. Il reprend ses compositions, les tord mélodiquement. Les chansons qu’il nous a fredonnées sont d’une grande profondeur que les paroles deviennent presque proverbial. C’est une expérience de vie où se mêle toute sa culture musicale. Son futur album comprendra une dizaine de titres (pour l’instant en gestation) avec un message positif. Le pouvoir émotionnel de ces chansons qui vont figurer sur son nouvel album est parfois caché, c’est quelque chose de subtil qui peut aider à véhiculer une idée et peut aussi avoir une résonance universelle en tant que message de liberté. On retiendra de ce que l’on a entendu de nouvelles idées mélodiques exposées avec délicatesse, un jeu sobre et posé, un sens du tempo et de la vibration et une habileté à souligner les contours harmoniques. Après avoir offert avec Blackmen Bluz tous les contextes et les styles, Lionel Permal s’autorise une entrée de jeu réussi, plus risqué. Au summum de son chant distancié et comme soudain un peu révolté, sa musique navigue entre acoustique et électro. A quoi tient cette musique? Lionel répond à la disposition d’esprit du moment, au vécu accumulé, à l’expérience d’artiste dont le rapport n’a rien avoir avec les artifices. Concevoir la musique comme la vie avec ses différents temps, n’est-ce pas une belle définition de la musique?