Le parti écosocialiste Rezistans ek Alternativ (ReA) a réitéré son engagement de ne pas participer aux élections partielles, hier, lors d’une conférence de presse. Les membres du parti demandent à cet effet la tenue immédiate des élections générales, lors desquelles ReA espère être présent dans toutes les circonscriptions. ReA avance également avoir entamé les discussions avec les représentants des mouvances de la gauche pour une éventuelle alliance.

“Le contact est déjà établi avec les mouvances de la gauche pour les élections”, soutient Ashok Subron, membre de ReA. Ce dernier a longuement commenté l’actualité politique et “l’alignement des forces politiques traditionnelles dans des perspectives d’alliances électorales. Le peuple mauricien assiste à un triste spectacle où le partis politiques traditionnels ‘pe refer loperation bat kart repartazé’”, a-t-il dit. Ashok Subron a par ailleurs mis l’accent sur l’importance de ces prochaines élections, pour lui les “plus importantes depuis l’indépendance”. Il explique que dans cette optique, ReA, comme annoncé il y a deux semaines, se dit favorable à une alliance. “On est faveur d’une alliance avec toutes les forces politiques, syndicales et autres qui adhèrent à nos valeurs écosocialistes, aux valeurs de gauche. On a commencé les premières initiatives dans cette direction”, a-t-il dit.

Ashok Subron a en outre confirmé que “ReA sera bel et bien présent aux élections générales”. Dans le volet de l’actualité, Kugan Parapen, autre membre du comité national de ReA, a quant à lui vivement commenté le “miam-miam gate”, impliquant les dépenses non payées du ministre de l’Environnement Etienne Sinatambou dans des établissements hôteliers. “ReA n’est pas surpris de ce type d’agissements en 2019 car on a un système où les représentants Lepep pensent qu’ils sont au-dessus de la loi”, a-t-il avancé. “On a vu une semaine compliquée pour l’environnement sur le plan national et mondial, notamment en Amazonie. La protection de l’environnement doit être une nécessité, une priorité. Après ministre bal kouler, asterla ena ministre bater bis”, a-t-il ajouté.

Ce dernier s’interroge, dans cette optique, sur l’impartialité de ces ministres de l’Environnement qui ont un rôle à jouer dans l’allocation de permis EIA et qui “mangent aux frais de ces mêmes hôtels et du secteur privé”. ReA demande ainsi au Premier ministre Pravind Jugnuaht “de révoquer le ministre Sinatambou”.