Rebondissements dans l’affaire du recrutement de 265employésparl’Assemblée régionale de Rodrigues. À peine 11 mois après avoir pris emploi dans le secteur public dans l’île, ils se retrouvent sur le pavé. Hier après-midi, ils ont appris officiellement de la bouche de l’Island Chief Executive de Rodrigues leur limogeage à partir de lundi.

La tristesse, la détresse et la déception se lisaient sur les visages en cet après-midi du 10 juillet à Mon-Plaisir. Leur emploi sera terminé avec l’Assemblée régionale ce dimanche et, à partir de lundi, ces personnes devront se faire réenregistrer au bureau de l’Emploi (« bizin restamp kart »). Le recrutement de ces 265 travailleurs (General Workers) au sein de la fonction publique avait été déclaré douteux par plus d’un au moment des faits car des voix s’étaient élevées contre cet exercice.

À noter que la presse avait été interdite d’accès dans l’enceinte du bâtiment lors de la « réunion privée », selon l’ICE, entre le chef de la fonction publique et les fonctionnaires. Cette affaire de recrutement est marquée par des zones d’ombre. Il y a eu notamment l’arrestation de deux fonctionnaires suite à une enquête du Central CID sur les entorses aux procédures de recrutement. De son côté, le Minority Leader, Nicolas Von Mally, a dénoncé le traitement infligé à ces 265 pères et mères de famille. « Si irrégularité il y a eu, ce n’est nullement la faute des personnes recrutées. C’est la procédure de leur recrutement qui est mise en cause. Les vrais coupables, dont le chef de la fonction publique de Rodrigues, n’ont pas été inquiétés.

Jusqu’à ce jour, l’Island Chief Executive est toujours en poste. Beaucoup parmi la population n’approuvent pas cette manière de faire, car il y a eu un précédent où des fonctionnaires avaient été suspendus de leur fonction pendant plus de deux ans pour moins que cela », a-t-il fait comprendre.