Senior Lecturer en Media and Political Systems à l’Université de Maurice (UoM) et coprésidente du comité d’organisation de la conférence internationale dans le cadre des 50 ans de l’indépendance du pays, Roukaya Kasenally déclare dans l’interview qui suit que « sur le plan politique, le citoyen mauricien est très illettré ». Elle se désole par ailleurs de l’existence, à Maurice, « d’une politique très clientéliste ». Celle qui a cofondé la Mauritius Society Renewal, plateforme se donnant pour but notamment de promouvoir l’éducation politique des citoyens, estime qu’un des problèmes de notre fonctionnement politique est qu’on « se trouve dans un système de dynastie politique, de mono-leaders, de surcroît vieillissants ». Quant à la partielle au No 18, si d’aventure l’alliance au pouvoir était de la partie, notre interviewée est d’avis que « ce sera un “test-case” de la popularité de ce gouvernement ».