En revenant aux Casernes centrales après leur affectation auprès de la commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ancien juge Paul Lam Shang Leen, l’assistant surintendant de police Hector Tuyau et les membres de son escouade savaient qu’il ne fallait pas s’attendre à un retour de héros. Pour cause : leur “assignment” était d’établir des dossiers dénonçant la connivence de ripous avec la mafia de la drogue. Le hic, c’est qu’à ce jour, aucune sanction, même administrative, n’a encore été prise. Discrétion oblige.

Ainsi, depuis leur “re- posting” au QG de l’ADSU, ces limiers sont soumis à un régime des plus éprouvants sur le plan professionnel et personnel. Le message qui leur est transmis, des fois subtilement et même parfois grossièrement, c’est que leur « présence est indésirable » avec des pressions en tous genres. La tactique relève du basket-ball pour pousser l’ASP Tuyau à la faute en vue de les expulser des lieux.

Le commissaire de police, Karl Mario No- bin, serait en présence d’une correspondance portant sur les agissements des ripous avec copie au président de la commission d’enquête.