À hier, 44 cas de fièvre dengue avaient été répertoriés à Port-Louis et un premier cas a été détecté dans le sud de l’île, à Mahébourg. Le ministère de la Santé enquête actuellement sur l’origine de ce dernier cas. Si une partie des malades est toujours hospitalisée, ceux en voie de guérison ont pu rentrer chez eux.
Le ministère de la Santé poursuit des activités de désinsectisation (fogging) dans les zones affectées. Si l’une des personnes contaminées a été infectée en Inde, les autres cas sont dépistés chez des personnes qui n’ont pas voyagé récemment. Le ministère de la Santé fait un appel aux Mauriciens afin qu’ils nettoient leurs cours, se débarrassent des détritus et des déchets ménagers, et de tout ce qui peut contenir de l’eau stagnante, foyer de reproduction des moustiques. Il est recommandé de remplir les pneus usagés de terre et tout contenant (boîte de conserve, vase à fleurs, etc.) pouvant devenir un gîte larvaire.
« Nous recommandons de couper les branches d’arbres et de tailler les broussailles, de conserver les ordures et déchets ménagers dans des poubelles couvertes », indique le Dr Shahina Aboobakar du ministère de la Santé. Elle indique que l’accumulation d’eau stagnante et d’ordures provoque une propagation du foyer épidémique de la dengue. Le ministère recommande aux Mauriciens de se protéger impérativement contre les piqûres de moustiques en utilisant des produits insecticides, voire des moustiquaires, de porter des vêtements couvrant les bras et les jambes, et d’appliquer une crème répulsive (éloignant les moustiques).
L’aedes albopictus, vecteur transmettant la dengue, pique généralement le matin et en fin d’après-midi, ou toute la journée quand le temps est couvert, car il affectionne les coins d’ombre à l’extérieur et à l’intérieur. Les symptômes de la dengue apparaissent cinq à huit jours après la piqûre de moustique et se caractérisent par une fièvre élevée, des douleurs musculaires, articulaires et derrière les orbites, des nausées et des vomissements. La guérison est spontanée après quelques jours. La dengue hémorragique pouvant être fatale n’a pas été détectée à Maurice à ce jour. Pour rappel, l’année dernière à la même période, 44 cas de dengue avaient été signalés dans le nord du pays, dont la majorité à Triolet.