La State Bank a lancé, hier, en partenariat avec le Central Electricity Board (CEB) et l’Agence Française de Développement (AFD), une offre spéciale appelée « SBM Eco-Loan » à l’intention des Mauriciens qui souhaitent investir dans le « SSDG Net Metering Scheme » du CEB. Cette offre est destinée tant aux individus qu’aux Petites et moyennes entreprises (PME) et aux entreprises qui veulent produire de l’électricité et aussi exporter le surplus sur le réseau du CEB.
Le président de la State Bank, Kee Chong Li Kwong Wing, a dévoilé les principales caractéristiques de ce prêt qui a pour but la protection de l’environnement pour les générations futures. Selon lui, ce plan dont le taux d’intérêt est offert à 5,99 % l’an, est très compétitif. Ce prêt est d’une durée maximale de 10 ans pour les individus et de sept ans pour les PME. « Nous avons, dans le passé, créé une révolution parmi les ménages avec l’introduction du gaz ménager par le premier gouvernement de sir Anerood Jugnauth, alors qu’on utilisait le feu de bois et le pétrole lampant pour faire la cuisine à cette époque. Avec ce nouveau plan de green loan, nous sommes en train de créer le deuxième miracle économique », a déclaré M. Li Kwong Wing.
Ce programme de lignes de crédit vert, valant deux milliards d’euros, a été mis en oeuvre par l’AFD à travers le monde, sous 35 lignes de crédit. À Maurice, c’est une somme de 60 M d’euros qui a été mise à la disposition des banques mauriciennes en vue de faciliter l’émergence d’une finance environnementale de proximité à Maurice et dans l’océan Indien.
Pour Gérard Hébrard, Managing Director du CEB, le secteur énergétique fait l’objet actuellement d’une considération toute particulière par une nouvelle orientation dans les choix technologiques du futur. « C’est ainsi qu’il a été décidé de limiter, voire de réduire, l’importance du charbon comme combustible dans les centrales thermiques à l’avenir. L’objectif d’atteindre un seuil de 35 % d’énergies renouvelables d’ici à la fin de la prochaine décennie a aussi été fixé ; ce qui représente un véritable défi pour nous tous », a-t-il dit.
Selon lui, c’est dans cette optique que le « SSDG Net Metering Scheme » a été élaboré, visant un potentiel de 20 000 foyers qui sont invités à s’engager dans un projet d’investissement « prometteur ». « Un tel investissement leur permettrait de rester à l’abri de toute révision des tarifs d’électricité sur une durée de 20 ans, tout en s’acquittant d’une facture très modeste basée sur la consommation nette plafonnée à seulement Rs 369 mensuellement », a souligné Gérard Hébrard. Parallèlement, le CEB compte développer d’autres axes de production d’énergie à l’échelle industrielle, « car nous estimons que la demande en énergie au seuil de 2025 sera de l’ordre de 4 200 GWh contre 2 600 GWh actuellement. « Pour atteindre l’objectif fixé, il nous faudra multiplier par un facteur de 8 la puissance photovoltaïque présentement installée et par un facteur de 2, la puissance des turbines éoliennes en cours d’installation. Nous devons aussi valoriser les déchets ménagers et améliorer le rendement de la production d’énergie électrique à partir de la biomasse », a-t-il fait ressortir.