Après des mentions honorables lors du dernier World Economic Forum, le gouvernement mauricien souhaite continuer à investir dans le domaine des TIC. Maurice est ambitieuse et veut se positionner de manière favorable sur l’échiquier mondial dans plusieurs domaines. Dans cette optique, le gouvernement met l’accent sur le FinTech. Les ressources humaines sont le pilier de cette économie dynamique. Le gouvernement l’a bien compris et veut en bénéficier.

MELLINO BÉGUÉ

L’Ile Maurice est passée de BPO (Business Process Outsourcing) à KPO (Knowledge Process Outsourcing). C’est une mise à jour essentielle car Maurice doit s’épanouir et s’ajuster en fonction des nécessités et enjeux économiques mondiaux. La mise en place du Digital Youth Engagement Programme (DYEP), qui est une continuité du précédent budget, permettra de mettre en terre des semences dont les fruits seront récoltés dans quelques années.

Malgré l’alignement du gouvernement sur la General Data Protection Regulation, deux choses restent à faire :

  1. Mettre en place un système éducatif adapté et revu pour pouvoir relever les défis qui se présenteront dans un futur proche. En ce sens, en 2018, une initiation au codage par le biais d’une caravane a été lancée au niveau du cycle primaire. C’est essentiel que des actions similaires continuent et que la somme de Rs 4,8 M allouée en ce sens augmente largement.
  2. Actualiser une consolidation législative locale permettant de faire face aux nouveaux défis dans ce domaine. La création du Mauritius Artificial Intelligence Council est bien accueillie. Des menaces plus conséquentes que Petya sont derrière la porte. Les autorités doivent être parées à toutes éventualités.

Maurice progresse et doit favoriser l’innovation pour atteindre les objectifs fixés. Les TIC est un domaine en pleine expansion. Maurice peut en bénéficier si à chaque niveau les actions efficaces sont prises au bon moment. Attendons voir…