« Dans cinq ans, le secteur des PME deviendra la colonne vertébrale du pays ». C’est dont se dit confiant le ministre des Finances, Vishnu Lutchmeenaraidoo, qui intervenait hier à l’inauguration de la SME One Stop Shop, baptisée Mybiz – Gateway to success. Le ministre a pointé du doigt le manque de patience de la population dans le sillage de la compensation salariale, qui a occasionné nombre de critiques. Il a par ailleurs réitéré l’ambition du gouvernement de faire de notre port le plus important de la région, ce, avec le soutien de Dubai Ports World. Le Grand Argentier a appelé à une prise de conscience : « on ne peut faire du business as usual ». Ajoutant : « J’ai pris l’engagement avec la Banque mondiale que dans trois ans, Maurice sera parmi les 15 premiers pays où il y a le « ease of doing Business ». »
Noir sur blanc, le ministre des Finances a réprouvé les critiques émises de part et d’autre dans le sillage de la compensation salariale. « Entre la conception et la réalisation, il y a le temps qui s’écoule. J’aborde là le manque de patience de la population. J’aime manger des haricots. Je dois planter. Cela prend quarante jours. Pour bâtir une maison, il faut d’abord acheter un terrain, avoir un plan, ensuite construire », devait-il dire avant de rappeler que le gouvernement, qui « n’est au pouvoir que depuis un an », a annoncé « bien plus qu’un projet de société » dans le dernier budget.
Selon Vishnu Lutchmeenaraidoo, afin de booster la croissance, « nous ne pouvons demeurer avec le même secteur. On est obligé d’aller plus loin ».
Le Grand Argentier est revenu sur l’ambition du gouvernement d’avoir « le port le plus important de la région, du style du port de Dubayy. L’ancien Jin Fei deviendra le Port Franc ». Maurice, ajoute-t-il, serait à l’Afrique ce que Singapour est au sud-est asiatique. « DP World gère 68 ports à travers le monde. Le port s’étendra de 1.5 km à 8 km. Nous y investirons des milliards de roupies ». Selon le ministre, « grâce au FMI, nous avons eu une mission extraordinaire. Ce n’est pas nous qui allons vers l’Afrique mais c’est l’Afrique qui vient vers nous ».
Vishnu Lutchmeenaraidoo a dit avoir pris un engagement « avec la Banque mondiale que dans trois ans, nous serons parmi les 15 premiers pays où il y aura le « ease of doing business » ».
Revenant aux critiques formulées dans le sillage du quantum de la compensation salariale, le ministre devait ajouter : « nous ne pouvons donner plus que ce que l’on a. Maurice est comme un bateau. Le jour où le bateau coulera, nous coulerons tous. Aret get mwa kouma enn dimounn ki pran desizion an faver kiken. Je ne suis ni en faveur du secteur privé, ni de personne d’autre. Je salue le secteur privé qui comprend la stratégie du gouvernement ».
Le ministre a souligné qu’il y a plus de 108 000 PME à Maurice et que « dans cinq ans, le secteur deviendra la colonne vertébrale du pays. C’est pourquoi nous misons sur ce secteur, avec Rs 10 miliards qui iront dans les PME ».
De son côté, le ministre des Affaires, de l’Entreprise et des Coopératives, Sunil Bholah a rappelé que les PME contribuent à 40 % du PIB et génèrent 306 900 emplois, soit 54 % du taux national. La SME One Stop Shop, dit-il, « regroupe toute la panoplie de services pour lancer ou faire fructifier son entreprise ». Les services comprennent entre autres la rédaction du Business Plan ; l’octroi de permis qui « sera fluidifié et centralisé à la One Stop Shop » ; une assistance technique par des professionnels chevronnés. Le rôle de la One Stop Shop sera par ailleurs, « de sensibiliser les entrepreneurs aux produits exportables ». Le ministre Bholah a précisé que « toute innovation a une phase de rodage ». Une bibliothèque sera ouverte en vue de faciliter l’accès aux données relatives à l’entrepreneuriat. Quant à la Maubank, qui dès janvier proposera des plans bancaires spécifiques aux PME, elle comptera dix branches, « soit une dans chaque district », selon Lutchmeenaraidoo.