Lors d’un point de presse hier après-midi au parlement, des députés de la majorité ont exprimé leur « indignation » au sujet des questions du député Adil Ameer Meea d’une manière insistante sur les soins de santé de l’épouse de leur collègue, Ravi Rutnah, à l’étranger et lesquels auraient été financés, selon le député du MMM, « par les fonds de l’État ». Leela Devi Dookun, qui animait ce point de presse, affirme que les propos du député Meea sont « infondés », en se basant, dit-elle, sur les réponses fournies par le ministre de la Santé et d’autres membres du gouvernement au parlement.
La ministre de l’Education n’a pas mâché ses mots à l’égard du député mauve qui, selon elle, a utilisé « l’immunité parlementaire pour faire des attaques directes » à l’encontre d’une personne absente de l’hémicycle et qui, de surcroît, est malade. « Depuis des mois, le député Meea insinue que Mme Rutnah aurait bénéficié des fonds de la Santé pour se soigner à l’étranger alors que c’est complètement faux. Le ministre Husnoo a dit que tous les frais ont été encourus par la famille Rutnah, mais le député persiste avec ses attaques. Inacceptable de la part d’un “honourable member” », a dit Leela Devi Dookhun. Celle-ci a de fait demandé au député de présenter « ses excuses à Mme Rutnah », ajoutant : « S’il ne le fait pas, alors il n’est pas digne d’être membre de l’Assemblée nationale. Qu’il s’en aille et qu’il démissionne ! » Leela Devi Dookhun avait alors à ses côtés Etienne Sinatambou, Marie-Claire Montille, Sandya Boygah et Anwar Husnoo.