Qui sera assez fort l’année prochaine pour vaincre Jacob Rasolondrazana ? Véritable rouleau compresseur, le Malgache a tout mis sous ses pieds cette saison en remportant samedi, le dernier tournoi de l’année à Petit Camp, son septième trophée de rang : la finale du simple hommes d’Appelby Open. Il a une fois de plus dominé son compatriote Jean-Richard Randriamanantsoa 6-1, 6-2. Idem en féminin où Astrid Tixier a accroché son quatrième trophée de suite, son deuxième consécutif en s’imposant 6-2, 6-2 contre Sharlyn Chan Tam Neng.
Les vainqueurs du simple hommes et simple dames ont raflé chacun un cachate de Rs 15 000 et les finalistes Rs 7 500. Mais pour revenir aux matches, il faudrait peut-être souligner que la donne pourrait changer en féminin l’année prochaine en comptant avec la participation d’Amélie Boy, Zara Lennon et Emmanuelle de Beer qui évoluent à l’étranger. Par contre, la quetion reste poser pour le simple hommes, puisque le Malgache a déjà fait le tour de tous les adversaires…
L’an dernier, il avait bouclé sa saison avec au moins cinq titres, sauf celui d’Emcar Open. Cette année, il n’a pas commis de faux pas. « Cela devient lassant de tomber toujours sur le même adversaire en finale », finit-il par avouer. « Les autres n’ont donc pas encore le niveau pour s’imposer. Il faut pourtant que les juniors arrivent à monter, à progresser. Il faut qu’ils se fixent pour objectif de nous battre. Mais vu que nous sommes leurs caoches, ils sont complexés et ont peur de nous affronter. Pourtant, il faut qu’ils arrivent à nous battre. Moi aussi quand je jouais contre mon coach, mon objectif était toujours de le battre et de battre les meilleurs. Et j’y suis arrivé. Vous savez, l’essentiel c’est qu’ils essaient de se rapprocher le plus près possible et non de craindre de prendre une raclée », analyse le champion par équipes mixtes et demi-finaliste du simple hommes des derniers Jeux des Iles (Réunion).
Au bout du compte, Jacob Rasolondrazana, 30 ans, réalise le sans-faute cette année et son nouveau duel face à Jean-Richard Randriananantsoa n’a duré que 1h25 « minutes. Il a réussi deux breaks dans le second set notamment ne laissant à son adversaire aucun répit. Il revient de l’ile soeur, où il a remporté le week-end précédent, le titre de l’Open de BOTC, à St Denis, aux dépens d’un Belge. Il est aussi licencié au club réunionnais. Bien en jambes physiquement, il a fait dérouler le match en « essayant d’être constant, agressif, et ne pas faire de fautes pour finir les points dès que possible. J’ai malgré tout perdu deux fois mon service. Mais l’essentiel est de terminer en beauté », se félicite-t-il.
Pour Jean-Richard Randriamanantsoa, c’est sa quatrième défaite subie en finale cette année face à son adversaire. Même s’il avait voulu prendre sa revanche en accrochant ce dernier tournoi, il compte redoubler d’effort l’année prochaine pour être à nouveau le challenger n°1. « J’ai pu au moins arriver en finale car ce n’était pas donné d’avance face à Ryan Wong en quarts et le Roumain Daniel Bazu en demie. C’est un bon parcours et je crois avoir été assez régulier. Pour le titre, ça va venir… Attendons d’abord l’arrivée du bébé », lance tout joyeux, le futur papa.
Quand à Astrid Tixier, elle s’est envolée hier soir pour des vacances de fin d’année bien méritées en France. C’est sa troisième victoire de rang en finale contre Sharlyn Chan Tam. « Après notre retour des Jeux des Iles, je ne me suis pas bien entraînée. Et les quatre tournois que j’ai enchainés (ndlr : Gymkhana, Swan, UBP et Appleby), m’ont aidé à me remettre dans le bain et progresser. Mon but est surtout de prendre du plaisir. Je termine la saison satisfaite après une année 2015 remplie de tennis. C’était dur mentaleent et physiquement, mais je suis contente d’être allée jusqu’au bout. Maintenant il faut préparer 2016 et les Jeux de 2019. »
Dans les autres finales, on retiendra la victoire de Clément Bestel face au favori Nicholas Korten en U 8, tandis que la finale des outsiders disputée en U 10 en revenu à Maxence Petit aux dépens de Mathis Seguin. Idem en U 12, où Yohan Randriamanalina s’est défait tour à tour de Jake Lam (1), puis de Lucas Lai Fat Fur (2) en finale. Ailleurs, les favoris ont été exacts eu rendez-vous.