La Young Women Wing Association de Triolet travaille depuis environ une année pour l’amélioration de la vie des Mauriciens, et plus particulièrement des femmes faisant face à des situations difficiles dans la région nord du pays. « Violences domestiques, problèmes financiers, chômage, problèmes de santé… Les situations difficiles ne manquent pas et les femmes sont les plus vulnérables », a déclaré Sandhya Chakowry, présidente de cette association, qui compte une trentaine de volontaires, toutes des femmes.
« J’ai le social dans le sang, ayant été moi-même victime de la pauvreté lorsque j’étais enfant, et aussi durant mon adolescence. Aujourd’hui, je vois tous les jours divers problèmes qui affectent les femmes. Avec les membres de notre association, nous essayons de les aider. Une femme a un problème familial, une autre des problèmes financiers, une autre encore est au chômage et veut lancer une petite entreprise, mais ne sait pas comment procéder, une autre enfin n’arrive pas à obtenir un permis des autorités locales. D’autres sont malades et ont besoin d’aide. Nous sommes là pour toutes ces Mauriciennes », lance Mme Chakowry. Et de poursuivre : « Nous serons toujours présentes pour les femmes en détresse, stressées et frustrées. Nous les aiderons autant que possible. » La jeune femme affirme qu’elle poursuivra son oeuvre dans le social, même si, dit-elle, « certaines personnes m’avaient tourné le dos lorsque j’étais en situation de détresse ». Elle ajoute : « Ni mes collègues de l’association ni moi ne sommes riches. Nous continuerons à rendre les gens heureux. »
Cette année, la Young Women Wing Association a organisé plusieurs activités, dont un dépistage du cancer pour les femmes à Triolet et un don de sang à Pamplemousses. Résultat : 109 femmes dépistées du cancer, dont 35 ont été référées à l’hôpital pour des problèmes divers. Quant au don de sang, cette activité a permis de collecter environ 25 pintes en une journée.
La Young Women Wing Association collecte aussi des jouets qu’elle compte distribuer aux enfants dans certaines localités défavorisées du Nord. Mme Chakowry dit compter sur la bonne volonté des sponsors et autres volontaires pour des dons de jouets « afin de pouvoir amener un sourire sur les visages des enfants victimes de pauvreté ».
Cette association a plein de projets pour 2016, mais elle a besoin du soutien d’autres volontaires, surtout des femmes, à qui elle demande de se joindre à elle dans cette démarche de « rendre heureuses celles qui souffrent dans notre société ».