À TRIOLET : Les bann lisien maron zape mo kone kot mo pe amenn Moris, a déclaré Pravind Jugnauth

Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, a profité de la cérémonie pour célébrer le centième anniversaire de la Maheswarnath Government School, à Triolet, pour régler ses comptes avec ses détracteurs. Hier matin, il a répondu à ceux qui font des remarques sur la manière dont il dirige le pays, les traitant notamment de « lisien eran ».
Ce qui aurait dû être une cérémonie destinée à célébrer le travail accompli par la Maheswarnath Government School durant un siècle (Ndlr : le 100e anniversaire de l’établissement est en fait intervenu en 2011) s’est finalement transformé en un règlement de compte politique. Invité à prendre la parole à cette occasion, le Premier ministre a fustigé ceux qui le critiquent. « Less bann lisien maron zape, sirtou bann lisien eran », a lancé Pravind Jugnauth devant l’assistance réunie hier matin. « Mwa mo less zot zape. Zape li gratis, pena tax lorla. Marke-gardé langazman ki mo’nn pran avek lepep, mo pou amenn devlopman ek dimounn pou trouv rezilta ». Le chef du gouvernement a également profité de cette plateforme pour parler de l’éducation de ses détracteurs. « Il y a des gens qui ont de grands certificats, mais leur comportement relève du zéro. Vous savez de qui je parle », a-t-il déclaré.
Pravind Jugnauth est revenu sur l’importance d’utiliser la technologie, surtout les téléphones portables, à bon escient. « Le monde a beaucoup évolué », a-t-il observé. « Avec un téléphone portable, vous pouvez donner des directives, accélérer les procédures pour faire avancer un dossier et communiquer plus facilement ». Mais, nuance-t-il, « il faut aussi savoir l’utiliser ».
Pravind Jugnauth a ensuite plaidé pour qu’il y ait une bonne communication au sein des familles. « Les enfants doivent avoir du respect. Leurs parents doivent inculquer les valeurs morales à leurs enfants, telles que la discipline, le sens du devoir, comment bien se comporter en société. Tout doit être mis en œuvre pour que l’ordre, la paix et l’harmonie règnent », a-t-il soutenu. « Il faut qu’on assume notre responsabilité à la maison et qu’on leur montre comment respecter l’environnement pour ne pas transformer l’île Maurice en une poubelle. Il faut donner aux enfants cette bonne habitude pour qu’ils ne jettent pas des ordures partout », a-t-il insisté.
Le Premier ministre a fait part de son intention d’introduire la natation « dans toutes les écoles primaires » de l’île. « Nous vivons dans une île entourée de la mer. Il est inacceptable qu’une bonne partie de la population ne sache pas nager. L’activité physique doit devenir comme une religion. Le sport doit occuper une place très importante dans notre vie ».
Pravind Jugnauth a rendu un vibrant hommage à la famille Chicooree, qui avait offert une proportion de terre gratuitement à l’époque pour la construction de l’école primaire Maheswarnath. « Cette famille avait même contribué pour payer le salaire des enseignants. C’est une grande leçon de générosité », a-t-il déclaré, avant de revenir au chapitre politique pour condamner « l’indifférence » de l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, à qui il reproche de n’avoir pas célébré le centième anniversaire de cette école en 2011.
Leela Devi Dookun-Luchoomun, ministre de l’Education, a, elle, parlé de la réforme apportée au système de l’éducation à travers l’introduction du Primary School Education Certificate (PSAC). « Mon ministère a eu les moyens nécessaires pour que chaque Mauricien bénéficie d’une éducation de qualité. Toutes les conditions sont réunies », a-t-elle avancé. « Nous avons recruté des “supportive teachers” pour les élèves qui éprouvent de difficultés à s’adapter. Je suis confiante qu’avec le sujet “life skill” que nous allons introduire, les enfants en profiteront pour développer leur capacité à mieux comprendre les valeurs. Notre objectif, c’est de travailler en étroite collaboration avec toutes les parties concernées ». La ministre a mis l’accent sur le devoir de tout un chacun pour que les enfants deviennent des citoyens responsables.
Baichoo Shivcoomar, le maître d’école, a parlé des accomplissements de la Maheswarnath Government School. Il a fait l’historique de cet établissement et a rappelé les conditions difficiles dans lesquelles travaillaient les premiers enseignants. « J’ai beaucoup appris lorsque j’ai parcouru l’histoire de cet établissement. J’ai découvert la contribution de Manilal Doctor après sa visite à l’école dans le passé ». Il a aussi indiqué que Sir Raman Osman, premier gouverneur général à Maurice, avait fréquenté cette école lorsqu’il était enfant.
Chununsing Seekun et Deeker Auleear, deux habitants de Triolet, âgés de 82 ans, avaient tous deux fréquenté la Maheswarnath Government School lorsqu’ils étaient enfants. « Ti ena lapay lor lekol sa lepok-la. Zordi boukou kiksoz inn sanze », a confié Chununsing Seekun. « Mo fier zordi mo’nn vinn isi pou partisip dan sa fet-la », a-t-il ajouté.