Politique

Mille cinquante-cinq ouvriers étrangers ont été rapatriés depuis 2005, a indiqué le Premier ministre en réponse à une interpellation de Reza Uteem, député du MMM de la circonscription Port-Louis Maritime / Port-Louis Est. Navin Ramgoolam a fait comprendre qu’aucun travailleur n’a été déporté à proprement parler.

La réunion trimestrielle du conseil municipal de Beau-Bassin/Rose-Hill demain s’annonce orageuse avec certaines questions brûlantes à l’ordre du jour, comme le « Closing Order » émis par le ministère de la Santé contre la section boucherie du marché de Rose-Hill.

La Private Notice Question du leader de l’opposition Paul Bérenger a débouché sur un état des lieux à la Compagnie nationale de transport. Anil Baichoo a fait comprendre à une interpellation supplémentaire que la CNT fait actuellement l’objet d’un exercice de « forensic auditing » complet par la firme dirigée par Roshi Bhadain comme cela a été le cas à la fin de l’année dernière à la State Trading Corporation.

Les principaux protagonistes du scandale MedPoint, avec des déboursements de Rs 144,7 M, et ayant débouché sur deux enquêtes, soit au niveau de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) et du Central CID, jouent actuellement au chat et à la souris tout en évitant d’abattre leurs dernières cartes. Le principal événement prévu cette semaine est l’audition “Under Warning” de la ministre de la Santé Maya Hanoomanjee, même si un peu plus de 72 heures après qu’elle a accusé réception de la convocation de l’ICAC, très peu de renseignements ont transpiré sur son agenda.

Après des longs mois d'attente et beaucoup de frustations politiques aussi bien chez les rouges que chez les oranges, certains nominations aux postes sans titulaires dans le public et le para-public ont été enfin avalisés par le Premier ministre. Ainsi, la Financial Services Commission (FSC) qui n'avait pas de titulaire depuis le départ de Milan Meetarbhan, qui représente Maurice auprès des Nations Unies, a pour titulaire, depuis vendredi, Clairette Ah Hen, une professionnelle sans attache politicienne connue. D'autres nominations ont aussi été annoncées suite au conseil des ministres.

Tout va bien au sein de l'Alliance sociale. C'est en tout cas le message qu'ont envoyé Lormesh Bundhoo, Nando Bodha et Mahmad Kodabaccus, représentants respectifs des partis  Ptr, MSM et PMSD, de l'alliance, à Paul Bérenger, leader de l'opposition, hier, lors d'une conférence de presse à Port-Louis. D'ailleurs, un seul item figurait à l'agenda de cette conférence de presse : Paul Bérenger et ses allégations.

Une atmosphère un peu lourde a prévalu lors de la dernière séance parlementaire de mardi suivant un week-end qui a été marqué par une véritable passe d'armes entre le Premier ministre et le leader de l'opposition autour de l'affaire MedPoint. Elle a d'ailleurs été marquée par deux faits assez révélateurs quant à une apparente redistribution des cartes dans l'hémicycle, le député du MMM Reza Uteem retirant sa question sur les équipements "vié feray" de MedPoint destinée à Maya Hanoomanjee et son collègue Joe Lesjongard, un ancien du MSM, disant lors de son intervention sur The Excise (Amendment) Bill qu'il ne "tient pas rigueur à Pravind Jugnauth"pour avoir proposé ce texte pour être adopté dans toutes ses étapes le même jour.

L'initiative du Premier ministre, Navin Ramgoolam, de consigner en début de soirée de jeudi une déposition à charge avec des limiers du Central CID, en l'occurrence le chef-inspecteur Seeballuck et l'inspecteur Rughoonundun, pour des délits éventuels de "Diffusing False News" contre le leader de l'opposition, Paul Bérenger, a ouvert un nouveau front dans le scandale MedPoint. Impossible d'affirmer si avec cette démarche, l'Independent Commission Against Corruption (ICAC) s'est vu être dessaisie de ce volet de l'enquête.

Plus de six mois après l'ouverture d'une enquête sur ce qui est présenté comme le "scandale du siècle" avec le rachat de la clinique Medpoint au coût de Rs 144,7 millions et une ristourne humanitaire de Rs 2,4 millions de la Banque de Développement sur des intérêts dus, l'Independent Commission Against Corruption (ICAC) a pris la décision de convoquer la ministre de la Santé, Maya Hamoomanjee, pour des explications.

Paul Bérenger, leader de l'opposition et du MMM juge "lamentable" la décision du Premier ministre, le Dr Navin Ramgoolam, de convoquer, jeudi, la police à son bureau en vue de sa déposition contre lui pour "diffusion de fausses nouvelles" après ses graves allégations de samedi de la semaine dernière autour du rôle qu'aurait joué le Dr Ramgoolam dans l'affaire MedPoint.

"Entre le Ptr et le MMM, il n'y a rien aujourd'hui, il n'y aura rien demain, ni même après-demain". La précision de Paul Bérenger semble on ne peut plus claire. Quant aux "autre rumeurs d'alliance MMM/MSM", le leader du MMM précise, simplement que le MSM étant au gouvernement, une telle éventualité "n'est pas d'actualité". "Pour le MMM, être au gouvernement, c'est surtout une question de programme", insiste M. Bérenger. Il estime, à cet effet, que ce qu'il qualifie de "règne travailliste depuis 2005" est "tout le contraire" de ce à quoi aspire son parti, le MMM.

L’escouade de limiers du Central CID triés sur le volet pour s’occuper de l’enquête sur l’affaire de « Diffusing false news », rapportée par le Premier ministre Navin Ramgoolam contre le leader de l’opposition Paul Bérenger, a mis les bouchées doubles au cours des premières 24 heures. Des recoupements d’informations effectués par Le Mauricien confirment que l’un des principaux témoins, le Chief Government Valuer Yodhun Bissessur, a été convoqué ce matin aux Casernes centrales pour une audition « under caution ».

Un accord sur le transfert des pirates présumés opérant dans l’océan Indien a été signé hier par le chef de la délégation de l’Union européenne (UE) Alessandro Mariani et la secrétaire permanente aux affaires intérieures au bureau du Premier ministre Mme Fong Weng-Poorun. « La piraterie a des conséquences sur Maurice », a insisté Mme Fong-Weng.

Le build-up autour de l’enquête sur le rachat au coût de Rs 144,7 millions de la clinique MedPoint pour la mise à exécution du projet de National Geriatric Hospital connaît en cette fin de semaine une véritable escalade sur le plan politique. Le Premier ministre Navin Ramgoolam a pris l’initiative, hier en début de soirée, d’une déposition formelle consignée par deux enquêteurs du Central CID, le chef inspecteur Seeballuck et l’inspecteur Rughoonundun, contre le leader de l’opposition Paul Bérenger, l’accusant du délit de « diffusing false news ».

Avec la nouvelle séance d’interrogatoire à partir de 13 h aujourd’hui au QG de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC), le Chief Government Valuer Yodhun Bissessur, interdit de ses fonctions, entamera une ultime audition dans le cadre de l’enquête sur le scandale MedPoint au coût de Rs 144,7 M. Le mystère de l’identité de la personnalité derrière la décision pour un nouvel exercice d’évaluation reste entier, même si de sources officieuses, M. Bissessur aurait pris ses distances avec les dernières versions colportées sur le plan politique au sujet de ces tractations. 

Ce n’est que partie remise. Le secrétaire permanent suppléant au ministère de la Santé, Om Kumar Dabidin, qui était attendu au QG de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) dans la matinée, ne s’est pas rendu au rendez-vous en raison de l’indisponibilité de son homme de loi, Me Gavin Glover. Ce dernier s’est d’ailleurs fait excuser auprès de la direction de l’Investigation Division de l’ICAC pour ce contre-temps.

Avec le maigre agenda pour le Question Time d’hier après-midi, la ministre de la Protection des Enfants Sheila Bappoo a dû faire face à des travées quasi désertes de la majorité à l’Assemblée nationale, pour attirer l’attention sur la souffrance silencieuse dont sont victimes les enfants. La seule satisfaction que peut tirer la ministre est qu’elle s’est retrouvée en face de parlementaires de l’opposition gagnés à sa cause. Les dernières statistiques démontrent qu’il y a une nette résurgence des cas de violence contre les enfants, soit une moyenne de cinq par jour. Fait le plus grave, soutient Sheila Bappoo, ces violences sont commises par des membres de la famille.

Le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Pravind Jugnauth, procédera, demain, à la signature avec le représentant de l’Union européenne à Port-Louis d’une convention financière dans le cadre de la lutte contre la piraterie. Au terme de cet accord, Maurice bénéficiera d’une somme de Rs 120 millions, soit trois millions d’euros, dans le cadre du transfèrement et de la comparution devant les instances judiciaires appropriées des pirates détenus par la force d’intervention européenne Atalanta. Cette force navale est en opération dans l'océan Indien et au large des côtes de la Somalie.
 

Le Fact Finding Committee, institué pour faire la lumière sur le licenciement de l’ancienne cadre de la Mauritius Broadcasting Corporation Rehana Ameer, se réunira une dernière une fois le mercredi 27.

Le président de la République du Congo Sassou-N’guesso a regagné son pays à la mi-journée hier après avoir participé à une session de travail avec les membres du secteur privé mauricien au Centre de conférence de Grand-Baie.

Le président du Congo Denis Sassou-N’guesso s’est rendu dimanche matin sur le samadhi de Sir Seewoosagur Ramgoolam au Jardin de Pamplemousses, pour sa première fonction officielle depuis son arrivée à Maurice samedi après-midi.

« Redonne Bissessur so memwar », a lancé Paul Bérenger « from a sitting position » à la mi-journée au parlement. La séance des questions adressées au Premier ministre Navin Ramgoolam ce matin a débuté dans une ambiance plutôt lourde.

C’est définitif. La fusion de la Mauritius Sugar Authority, de la Mauritius Sugar Terminal Corporation, du Mauritius Sugar Industry Research Institute, du Farmers Service Centre, du Can Planters and Millers Arbitration and Control Board et de la Sugar Planter Mechanical Pool Corporation sera bien une réalité avec la décision du gouvernement de réduire le Global Cess de Rs 519 millions à Rs 287 millions en l’espace d’une récolte sucrière.

Une petite cérémonie a réuni la semaine dernière au centre Ledikasyon Pu Travayer à Grande-Rivière-Nord-Ouest les fondateurs de la Revi Lalit et une poignée d’irréductibles militants de gauche pour marquer le lancement du 100e numéro de cet organe de presse du parti Lalit. L’avocat Jean-Claude Bibi, qui était parmi ceux ayant écrit dans le tout premier numéro de cette revue en novembre 1976, a élaboré sur les enjeux d’un tel journal pour un parti de gauche, tandis que Lindsey Collen en a retracé l’historique.