Il n’y avait pas la grosse foule d’autrefois hier au Thabor pour la traditionnelle marche annuelle des vocations mais les fidèles catholiques présents à la messe hier après-midi y ont participé avec beaucoup de joie et ferveur. En l’absence de Mgr Maurice Piat qui a eu quelques soucis de santé pendant le week-end, c’est le père Jean-Maurice Labour, vicaire général, qui a présidé la messe, entouré d’un grand nombre de membres du clergé.
La marche de vocations est une opération de levée de fonds pour le financement des études des séminaristes mauriciens à l’étranger et pour couvrir les frais du service « Pastorale des vocations ». Pour l’heure, il y a trois séminaristes mauriciens qui entreprennent des études à Nantes tandis que 29 jeunes (17 garçons et 12 filles) sont en cheminement au Foyer la Source, à Rose-Hill. Le diocèse de Port-Louis espérait récolter cette année une somme de Rs 5 626 200, soit le coût des études par an pour ces trois séminaristes.
Mais cette activité annuelle a aussi pour objectif de sensibiliser les parents et les jeunes à l’importance de la vocation dans la vie de l’Église et chaque année le comité organisateur de cet événement met en valeur, sur un ton dynamique, une facette de la vie religieuse. En choisissant pour thème de la journée d’hier « Vinn temwin lazwa Bondie », les responsables de la Pastorale des vocations encouragent les jeunes à se mettre eux aussi en mission d’une manière joyeuse.
Le père Labour a demandé aux jeunes qui font une expérience de foi profonde et qui portent en eux un désir de se mettre au service de l’Église de ne pas « avoir peur de laisser le regard de Jésus se poser sur eux ». « N’aie pas peur de laisser le regard de Jésus te toucher au plus profond de toi-même et de laisser ce regard d’amour de Jésus te transformer. Less sa regar Zezi-la tous lenerzi ki to ena an twa pou al servi to prosen », a lancé le vicaire général aux jeunes. Le père Labour s’est référé à un message insistant du pape François depuis son entrée en fonction, dans lequel il met l’accent sur la nécessité d’une « Église missionnaire ». « Le pape François appelle à une Église missionnaire et qui va au-delà des frontières. Sa demars misioner-la pou ressisite nou la fwa ». Et le père Labour de demander aux jeunes d’être eux aussi des missionnaires ; mais pas des êtres qui soient tristes dans cette mission mais des « missionnaires qui soient remplis de fougue et de joie ».