Natacha Rigobert et Élodie Li Yuk Lo méritent amplement de figurer dans ce classement des sportifs mauriciens qui ont marqué l’année 2012 de leurs empreintes. Cette paire de beach-volleyeuses très complémentaires a fait preuve de sacrifices, de persévérance et de courage pour placer Maurice sur la carte du monde. Il ne faut pas oublier que le beach-volley était la première discipline collective où Maurice était représentée aux Jeux Olympiques (JO) de Londres.
Natacha Rigobert et Élodie Li Yuk Lo avaient obtenu leur ticket pour les Jeux Olympiques de Londres 2012 en décrochant la médaille d’or en mai dernier au Rwanda lors de la phase finale de la Continental Cup (dames). En finale, elles avaient battu une paire Kenyane au Golden Set (15-7) après avoir été à égalité à 2 victoires partout. « Ce fut un tournoi très disputé. Nous nous sommes donnés à fond pour réaliser notre rêve. Le but était de se qualifier pour les JO et nous y sommes parvenues. Nous sommes les numéro 1 en Afrique », se remémore-t-elle. La paire mauricienne, qui roulait sa bosse un peu partout sur les circuits du FIVB Swatch World, avait ainsi sorti le grand jeu.
La cerise sur le gâteau, pour la première fois, une femme prit la tête d’une délégation sportive mauricienne aux Jeux Olympiques. Il s’agissait de Natacha Rigobert (31 ans). Cette dernière, désignée porte-drapeau aux JO et capitaine de la délégation ne cache pas ses émotions. « C’était une grande première pour moi. J’étais vraiment heureuse et honorée que cette mission m’ait été confiée. La surprise a été totale car je devenais la première sportive mauricienne à agir comme porte-drapeau lors d’une édition des Jeux Olympiques (JO). Je me sens encore plus fière d’être Mauricienne », a-t-elle soulignée.  
Lors des Jeux Olympiques toutefois, c’était loin d’être une partie de plaisir pour les deux Mauriciennes qui ont eu du mal face aux forces en présence. « Nous savions que nous aurions du pain sur la planche pour rivaliser avec les meilleures paires au monde. Nous n’avions pas été à notre meilleur niveau et nos adversaires en ont profité pour nous éliminer », fait savoir Natacha Rigobert, qui, après mûre réflexion, déclare ressentir toujours une certaine frustration de ces Olympiades. « Nous sommes des compétitrices. Nous n’étions pas venues pour faire de la figuration. Nous voulions réellement réaliser quelque chose. Nous étions réalistes car les autres étaient nettement un cran au-dessus mais j’ai le sentiment que nous leur avons rendu la tâche un peu trop facile. Nous n’avions pas été à notre meilleur niveau », regrette Rigobert.
Cette dernière tient toutefois à spécifier que tout doit être mis en oeuvre pour soutenir les athlètes. « Nous avons beaucoup galéré pour  arriver jusque-là. Élodie et moi avions fait beaucoup de sacrifices et dû renoncer à plein de choses pour réaliser ce rêve. Je demande plus de considération des autorités. Il faut croire en nous et nous donner le soutien financier nécessaire pour pouvoir progresser. Car sinon nous ne pourrons pas atteindre nos objectifs. Pour avoir des résultats, il nous faut ces facilités », avoue notre interlocutrice. Même si l’avenir de Natacha Rigobert et Élodie Li Yuk Lo demeure en suspens. Tout porte à croire que Natacha Rigobert aura à se trouver une nouvelle partenaire à partir de l’année prochaine. Selon ses dires, Élodie Li Yuk Lo est actuellement blessée et a signifié son intention de mettre un terme à sa carrière au niveau de cette discipline. Quoi qu’il en soit, les deux joueuses ont fait honneur au quadricolore mauricien cette année, permettant au beach-volley mauricien de faire sa place sur la carte mondiale.